Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Affaire Cahuzac : Moscovici bientôt entendu

Pierre Moscovici, a regretté vendredi 8 novembre 2013 l'abaissement de la note de la France par Standard & Poor's Pierre Moscovici ©roman - cliquez sur l'image pour agrandir
explications

La commission d'enquête parlementaire sur l'action du gouvernement pendant l’affaire Cahuzac commence ses auditions mardi 21 mai au matin par celle du patron de Mediapart, Edwy Plenel. En tout une vingtaine d’auditions publiques auront lieu d'ici fin juillet et seront retransmises en direct sur le site internet de l'Assemblée. Celle du ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici, n’est pas encore fixée.

Publicité

Edwy Plenel, patron et fondateur du site d'information Mediapart à l'origine des révélations sur l'affaire Cahuzac, sera entendu mardi à 08h45 par la commission d'enquête parlementaire sur l'action du gouvernement pendant cette affaire, ont annoncé jeudi les services de l'Assemblée nationale.

La commission, qui commencera ainsi ses auditions publiques, entendra dans l'après-midi l'ancien député-maire RPR de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et Garonne) Michel Gonelle, détenteur de la bande audio qui a entraîné la chute de l'ancien ministre socialiste. Elle auditionnera ensuite Amélie Verdier, qui était directrice de cabinet de Jérôme Cahuzac au ministère du Budget et qui exerce la même fonction auprès de son successeur Bernard Cazeneuve.

Jérôme Cahuzac lui même mais aussi les ministres de l'Economie Pierre Moscovici, de l'Intérieur Manuel Valls et de la Justice Christiane Taubira seront ultérieurement entendus par la commission d'enquête, à des dates qui n'ont pas encore été fixées, selon la liste des auditions dont l'AFP a obtenu copie mercredi.

Les auditions, une vingtaine prévues d'ici fin juillet, seront retransmises en direct sur le site internet de l'Assemblée, selon le président de la commission d'enquête, Charles de Courson (UDI) et le rapporteur Alain Claeys (PS).

La commission d'enquête demandée par l'Union des démocrates et indépendants de Jean-Louis Borloo, vise à déterminer "d'éventuels dysfonctionnements" dans l'action de l'Etat du 4 décembre 2012, date des premières révélations de Mediapart sur le compte en Suisse non déclaré de l'ancien ministre délégué au Budget, au 2 avril 2013, date de sa mise en examen.

(source : AFP)

 

miss.dom

Votre météo avec

Evénements de pays de montbéliard