Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Alain Joyandet au Sénat : "Le projet de loi travail est un rendez-vous manqué"

Alain joyandet (2016) © damien poirier - cliquez sur l'image pour agrandir

Lundi 13 juin 2016 a débuté l’examen du projet de "loi travail" en séance publique par le Sénat. De ce fait, de nombreux sénateurs sont amenés à s’exprimer sur ce projet très controversé. C’est pourquoi Alain Joyandet, sénateur de la Haute-Saône et conseiller régional est intervenu durant la discussion générale de ce texte gouvernemental, au nom du groupe Les Républicains.

Publicité

La position d’Alain Joyandet concernant le projet de loi travail est claire : il ne le soutient pas et selon lui, il représente "un rendez-vous manqué pour trois raisons : pour la France, avec la lutte contre le chômage et avec les entreprises" explique un communiqué. Lors de son intervention au Palais du Luxembourg, le sénateur a rappelé que ce projet de loi travail, "censé permettre une refondation de notre modèle social, est en fait rejeté par une immense majorité de la population, et notamment ceux qui ont accordé leur confiance à F. Hollande en 2012".

La loi travail "ne s'attaque pas aux principaux maux" des entreprises

Le sénateur a mis l’accent sur les difficultés que rencontrent les entreprises. Selon lui, le projet de loi travail, qui "ambitionne de "restaurer leur compétitivité", de "leur permettre d’investir" et "de mieux anticiper les mutations économiques", ne s’attaque pas aux principaux maux qui les handicapent lourdement". Le discours du sénateur haut-saônois a mis en exergue l’idée selon laquelle la création d’emploi, la compétitivité et la rentabilité sont sensiblement menacées par le projet de loi, avec notamment "la libéralisation du code du travail".

Le projet de loi travail "n'aboutira à rien"

Pour conclure, Alain Joyandet a affirmé que ces sujets devront être examinés minutieusement par le Sénat "car dans ce contexte de très faible croissance économique et de chômage de masse, la priorité est de faciliter les recrutements ou les embauches par les entreprises". Il estime même que ce projet de loi travail "est déjà vidé d’une grande partie de son contenu initial" et "qu’il n’aboutira à rien". Le sénateur a d’ailleurs déposé et cosigné 17 amendements sur le projet de loi "visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et actif-ve-s (suppression du CICE en le remplacant par la TVA compétitivité – emploi, rétablissement des heures supplémentaires défiscalisées, etc.)".

Victoria E.

Votre météo avec

Evénements de haute-saone