Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Besançon : la culture tire le conseil municipal vers le bas…

C'est Yves-Michel Dahoui qui porte le projet culturel ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Mireille Péquignot ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Pascal Bonnet au conseil municipal de Besançon ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Jean Rosselot ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Jean-Louis Fousseret ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Peut-on vraiment parler de débat à l’issue du conseil municipal de mardi soir qui examinait la politique culturelle de Besançon pour les dix ans à venir ? L’examen du schéma, présenté par l’adjoint à la Culture Yves-Michel Dahoui, avait plutôt bien commencé...

Publicité

Ecole régionale des Beaux-Arts (ERBA), SMAC, Cité des Arts, le nouveau projet de l’orchestre régional, la citadelle, la Fabrique culturelle, la rénovation du Musée des Beaux-Arts… A l’issue de l’exposé d’Yves-Michel Dahoui évoquant 32 propositions constituant « une ambition à la hauteur d’une capitale régionale » sous l’égide de « valeurs de gauche », le maire Jean-Louis Fousseret a salué « le grand travail » effectué par les élus et les services.
Pascal Bonnet (UMP) a d’emblée estimé que « ce catalogue » ne comportait « pas grand-chose de neuf » évoquant « une frustration ». « Il y a des pistes qu’on partage et d’autres qu’on ne partage pas », a poursuivi l’opposant en regrettant que soit « mis de côté » le Musée du temps, la maison de Colette, l’abbatiale Saint-Paul, le Théâtre Bacchus. Une intervention mesurée, respectueuse, tout en étant critique. Pascal Bonnet s’est également posé la question de « l’évènementiel » sans même prononcer « le nom d’un certain évènement » passé.
C’est après que les choses se sont envenimées… Dès l’intervention de Mireille Péquignot (Nouveau Centre) qui fait partie du groupe d’opposition, la tension est montée de plusieurs crans. « Ce n’est que du réchauffé, c’est une copie ratée, vous avez fait l’économie du débat, de la réflexion et de l’intelligence... ». Une diatribe d’une vingtaine de minutes, pas toujours très compréhensible, qui s’est soldée par la demande du retrait du projet. Non sans avoir évoqué « le gaspillage public de Sonorama » et demandé une enquête sur la manière dont a été liquidée la manifestation Musiques de Rues à l’arrivée d’Yves-Michel Dahoui à la Culture en 2008. Le mot était lâché et les accusations portées trop graves pour que le maire reste impassible.
« Je suis triste et halluciné », allant jusqu’à regretter que « le débat ne soit pas filmé ». « Ce que vous faites est très grave, vous jetez le doute sur l’honnêteté de M. Dahoui. C’est inacceptable de jeter ainsi la suspicion. Portez donc plainte !», s’est écrié Jean-Louis Fousseret en demandant à Mireille Péquignot si elle parlait au nom du groupe. Très empruntée par la question, cette dernière a finalement eu la bénédiction - tardive et pas très convaincante- de Jean Rosselot, toujours présenté comme le leader de l’opposition. C’est Martine Jeannin de la Gauche Moderne, autre composante de l’opposition, qui a mis les pieds dans le plat : « Je n’étais pas au courant de tout ça… ».
L’ambiance s’est encore dégradée quand Jean Rosselot s’est exclamé : « C’est la culture pour les nuls, ça reste très conventionnel ». Ce qui ne l’a pas empêché de parler harmonies et cavalcades. « J’aime les chars ! », a-t-il rajouté, avant que Martine Jeannin affiche sa nostalgie des dancings et des remises de prix à l’école. Plus sérieusement, Philippe Gonon s’est interrogé sur les priorités des priorités dans les 32 recommandations dont « les trois quarts sont déjà actés et budgétés ». « J’ai le sentiment qu’on ne sert à rien ce soir ».
Avant de passer au vote, Jean Rosselot en a sorti une petite dernière pour la route accusant Yves-Michel Dahoui d’être en situation de conflit d’intérêt au regard du positionnement de sa femme à la tête du Pavé dans la Mare. « Je n’ai jamais connu un tel mépris. On doit respecter les conjoints de ceux qui sont ici », a conclu Jean-Louis Fousseret qui, pourtant, n’était pas encore au bout des surprises. Quand finalement le groupe UMP s’est abstenu plutôt que de voter contre le projet tant décrié, le maire a lâché : « Je suis pantois de chez pantois ! ».
 
redaction

Votre météo avec

Evénements de Besançon

Ven, 9 Décembre 2016 20h30
GRAND KURSAAL - Besançon
Ven, 9 Décembre 2016 18h00 - 21h00
Basilic Instant - Besançon
Ven, 9 Décembre 2016 20h30 - 23h00
CINÉMA VICTOR HUGO - Besançon
Ven, 9 Décembre 2016 19h30 - 23h30
PETIT KURSAAL - Besançon
Ven, 9 Décembre 2016 20h00 - Sam, 10 Décembre 2016 0h00
RESTAURANT LE PIXEL - Besançon