Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Besançon : Patrick Devedjian au secours de Jean Rosselot

Fouzy Sid, "victime d'un monstrueuse injustice" entre Jean Rosselot et Patrick Devedjian.(Photo©dr) - cliquez sur l'image pour agrandir
C'est une équipe fragilisée que le patron de l'UMP est venu soutenir dans la capitale comtoise.

Publicité

"Patrick Devedjian est venu assumer son choix d\'investiture, il repartira confiant et satisfait". C\'est Jean Rosselot, tête de liste UMP à Besançon, qui parle. Juste pour rappeler que le parti présidentiel l\'a choisi lui plutôt que Jean-François Humbert et peut-être aussi pour faire oublier la crise que vient de traverser toute son équipe avec l\'éviction de Fouzy Sid, injustement gardé à vue pour une grivèlerie à l\'essence.

"Je vais dans des villes qui sont gagnables et j\'ai voulu que Jean Rosselot soit candidat parce qu\'il est porteur d\'un vrai renouveau", lui a rétorqué le secrétaire général de l\'UMP de passage dans la capitale comtoise.

La garde à vue du président de Rassemblement pour un Mouvement Populaire (RMP), dont huit membres figurent encore sur la liste UMP, a été qualifié de "psychodrame local" et de "monstrueuse injustice" par le patron de l\'UMP, très agacé quand on lui pose la question de savoir pourquoi le parti a exclu Fouzy Sid avant même que l\'on sache s\'il était coupable ou pas.

"Les autorités locales n\'ont pas bien fonctionné et agi avec une grande légèreté. C\'est une grande injustice pour ce garçon", a-t-il estimé en renvoyant la balle dans le camp adverse. "Est-ce que la gauche a protesté contre l\'injustice dont a été victime Fouzy Sid?".

Le point de presse improvisé dans un bistrot proche de la salle Battant, sous une plaque de rue dédiée à Léon Blum "qui aurait pu faire partie de l\'ouverture", s\'est poursuivie par un meeting devant quelque 250 personnes, alors que les organisateurs en attendaient 500. Cela dit la salle était pleine et l\'ambiance bon enfant, voir chargée d\'émotion. Notamment quand Fouzy Sid a lu le communiqué diffusé à la presse la veille. "Il y a eu manipulation. A la place de Jean Rosselot j\'aurai pris la même décision de ne pas me réintégrer sur la liste. Cependant, je suis et reste le président du RMP et je soutiens Jean Rosselot". Ce dernier en a eu les larmes aux yeux.

Autre star du jour, le fédéraliste Jean-Philippe Allenbach qui pour s\'attirer les grâces des militants UMP a imité le général de Gaulle. Un moment surréaliste qui a eu l\'avantage d\'effacer les larmes et de faire oublier la mésaventure de Fouzy Sid. Puis c\'est Jean Rosselot qui a introduit le discours de Patrick Devedjian en présentant sa "liste du rassemblement et de l\'ouverture sur laquelle il ne manque personne".

Pourtant, le sénateur UMP Jean-François Humbert n\'était pas dans la salle….

 

redaction

Votre météo avec

Evénements de grand-besancon