Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Bosnie : la visite du président serbe mise en doute après l'arrestation de Naser Oric en Suisse

Le membre musulman de la présidence de Bosnie a demandé lundi le report de la visite du président serbe prévue pour mardi, en raison de l'arrestation en Suisse, à la requête de Belgrade, de Naser Oric, l'ex-commandant musulman de Srebrenica pendant le conflit de 1992-95.

Publicité

Naser Oric, en détention en vue de son extradition depuis le 11 juin 2015, est recherché pour crimes de guerre par les autorités serbes qui ont émis à son encontre un mandat d'arrêt en février 2014. "J'exige le report de la visite (du président serbe) jusqu'à la fin de la procédure juridique en cours et jusqu'au retour de M. Oric en Bosnie", a écrit Bakir Izetbegovic dans un message adressé aux deux autres membres (serbe et croate) de la présidence tripartite tournante de Bosnie. Le président serbe Tomislav Nikolic devait effectuer mardi sa première visite officielle à Sarajevo, la capitale bosnienne, depuis son élection en 2012.

Les deux autres membres de la présidence bosnienne peuvent en principe rejeter cette demande et voter pour le maintien de la visite, mais un tel scénario serait peu probable et constituerait un précédent. Le président en exercice, le Serbe Mladen Ivanic, cité par l'agence de presse Fena, a indiqué qu'il n'y avait pas de consensus au sein de la présidence à ce sujet. A Belgrade, la présidence de la Serbie, contactée par l'AFP, n'a pas été en mesure de commenter ces informations dans l'immédiat.

Dans sa demande, M. Izetbegovic rappelle que la Serbie et la Bosnie ont signé en 2013 un accord de coopération juridique prévoyant que les dossiers concernant les crimes de guerre seraient cédés à la justice du pays d'origine du suspect. "M. Oric est un ressortissant bosnien, nous nous attendions à ce que son dossier soit cédé à la Bosnie. Dans la situation actuelle, la visite du président de la Serbie en Bosnie ne déboucherait pas sur les résultats attendus", a ajouté M. Izetbegovic.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) avait condamné Naser Oric à deux ans de prison en 2006, pour ne pas avoir empêché des mauvais traitements et des meurtres à l'encontre de la population serbe, mais il l'avait acquitté en appel en 2008.

L'arrestation de M. Oric, 48 ans, a provoqué la colère des familles de quelque 8.000 hommes et garçons musulmans massacrés par les forces serbes de Bosnie, à Srebrenica, en juillet 1995. Cette tuerie, la pire en Europe depuis la Deuxième guerre mondiale, a été qualifiée de génocide par la justice internationale.

(Avec AFP)

Damien

Votre météo avec

Evénements de Suisse