Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Bouteille de GHB dans le Paris-Venise : l'Egyptien mis en examen et écroué

Alain Saffar, procureur de la République de Besançon ©LG - cliquez sur l'image pour agrandir

L'Egyptien interpellé dans un train Paris-Venise en possession d'une bouteille suspecte contenant du GHB, appelé "la drogue du violeur", a été mis en examen et placé en détention pour "détention, transport et exportation de produits stupéfiants", vendredi 14 février 2014 dans la soirée, par les juges du tribunal de Besançon.

Publicité

Le procureur de la République de Besançon, Alain Saffar, a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour "détention, transport et exportation de produits stupéfiants". Le passager de 33 ans, domicilié en Italie depuis de nombreuses années, avait initialement été placé en garde à vue pour "transport de produits explosifs", après avoir été contrôlé dans le train, mercredi soir, en possession d'une bouteille en plastique suspecte d'environ un litre.
 
"Les premiers éléments de l'enquête ont laissé penser qu'on était en présence d'un produit explosif en raison du conditionnement de la bouteille, de l'inscription « Nitro » dessus et de la réaction positive du produit aux premiers tests sur les substances explosives", a déclaré le procureur Alain Saffar. Mais jeudi dans la soirée, des analyses techniques supplémentaires ont finalement révélé que la bouteille en plastique, artisanalement scellée avec du plâtre, "contenait du GHB dans une enveloppe de paraffine", a-t-il expliqué. "On ne connaît pas la quantité exacte de GHB pour l'instant, donc on ne peut pas en chiffrer la valeur marchande", a souligné le procureur.
 
Le GHB est une drogue de synthèse surnommée la "drogue du violeur", interdite en France et connue pour lever les inhibitions et favoriser les relations sexuelles.
 
Le suspect a dit aux enquêteurs de la gendarmerie que sa femme était enceinte et qu'il avait besoin d'argent. D'après ses déclarations, il devait toucher 1.000 euros pour transporter un colis dont il ignorait le contenu et son commanditaire devait le contacter à son retour en Italie pour lui dire où le livrer.
 
La bouteille se trouve à la brigade de gendarmerie des Hôpitaux-Neufs (Doubs) et il revient au juge d'instruction de choisir un laboratoire pour poursuivre les analyses, a précisé M. Saffar.
Le passager avait dû descendre du train avec son colis suspect pour être transféré à la douane de Vallorbe, à la frontière franco-suisse.
 
Un périmètre de sécurité avait été mis en place par les autorités. La préfecture du Doubs avait enclenché la procédure NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique) pour écarter tout risque potentiel.
 
(source : AFP)
miss.dom

Votre météo avec

Evénements de Besançon

Mar, 12 Décembre 2017h
Librairie l'Autodidacte - Besancon
©Alexane Alfaro
Mer, 13 Décembre 2017h
FRAC Franche-Comté (Cité des Arts) - Besançon
W. Guillet
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
Maison de l'environnement de Franche-comté - Besançon
© d poirier
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
PLACE GRANVELLE - Besançon
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
CRIJ FRANCHE-COMTÉ - Besançon