Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

CINEMA Habemus Papam de Nanni Moretti

©dr - cliquez sur l'image pour agrandir
**** à voir absolument

Après une élection laborieuse, le cardinal Melville hérite d’un fardeau beaucoup trop lourd à porter : être le nouveau Saint Père de l’Église. Une comédie dramatique comme on en fait peu.

Publicité

« Habemus Papam ! ». C’est par cette formule consacrée que le Vatican signifie à la foule qu’un nouveau pape a été élu, avant que celui ci ne soit présenté aux fidèles et ne les bénisse. Seulement, au lieu d’apercevoir la silhouette du nouveau souverain pontife, c’est un cri déchirant qui parvient aux oreilles du public cosmopolite de la Place St Pierre de Rome. Celui d’un homme sur les épaules duquel est tombé un fardeau trop lourd et trop douloureux.

Moretti prend dès les premières minutes son spectateur de court. Le Pape n’est pas un pape. C’est un homme qui ne se sent pas capable d’être guide. Élu par des cardinaux aux allures d’écoliers (rature de la copie, regard en coin sur la feuille du voisin, prière secrète de ne pas être choisi), le cardinal Melville sourit mais ne dit rien. Le temps semble s'être arrêté pour lui. Michel Piccoli incarne remarquablement ce pape dépassé, tout en humilité et en fragilité.

Moretti se met alors en scène. Le psychanaliste brillant, un peu exubérant, est chargé par le Vatican de redonner confiance au nouveau pape. Cette présence anodine dans le Saint Siège traduit parfaitement l'esprit du film, où une large place est accordée aux situations comiques (cardinaux qui dansent, garde qui agite les rideaux pour simuler la présence du pape).

Dans un décor où tout est encadré, dicté par des règles strictes et où tout paraît figé et crispé, le nouveau pape qui se rêvait acteur ne trouve pas ses mots, ne connaît plus son texte. Alors il s’enfuit, erre dans Rome, et trouve un peu de réconfort auprès d’une petite troupe de comédiens. Piccoli, brillant, donne une force vibrante et apaisante à son personnage. Au contact du monde du théâtre, le cardinal Melville se libère et met des mots sur son mal-être. Mots qui lui manquaient pour annoncer enfin à une foule pleine d'espoir qu'il n'est pas le pape qu'elle espère tant.

Quentin Buchberger

Réalisation : Nanni Moretti

Scénario : Federica Pontremoli, Francesco Piccolo & Nanni Moretti

Avec : Michel Piccoli, Nanni Moretti

Durée : 1h42

Genre : Comédie dramatique

Photographie : Alessandro Pesci

Musique : Franco Piersanti

Année de production : 2011

Distributeur : Le Pacte

Date de sortie : 7 septembre 2011


Prochaine rubrique cinéma le samedi 17 septembre 2011

**** à voir absolument
***  à voir
** pourquoi pas
*   mieux vaut éviter

QuentinBuchberger