Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

CINEMA: J. Edgar de Clint Eastwood

Leonardo DiCaprio - DR - cliquez sur l'image pour agrandir
** pourquoi pas

Clint Eastwood aborde la vie du sulfureux Edgar Hoover, patron du FBI et anticommuniste de la première heure. Pas le meilleur film du vieux maître, ni de DiCaprio.

Publicité

Une chose est sure, J. Edgar Hoover a marqué au fer rouge le FBI. Celui qui a grandement contribué à en faire l’immense institution policière qu’elle est devenue aujourd’hui n’a eu de cesse de s’émanciper du pouvoir présidentiel, pour garantir aux « vrais citoyens américains » une justice implacable et aux coudées franches.

De l’affaire Lindbergh à la chasse aux gangsters en passant par les expulsions de communistes hors du territoire américain, Hoover a été un des acteurs essentiels de la Guerre Froide. Incarné par un DiCaprio pas aussi impressionnant que d’habitude, le mégalomane et vaniteux directeur du FBI fait rédiger ses « mémoires », sorte de testament idéologique prétexte à des flashs back incessants.

Un peu perdu entre les changements d’époques perpétuels qu’Eastwood impulse, le spectateur assiste au délire égocentrique d’un homme seul à la soif de justice insatiable, qui s’est attribué au fil des ans les mérites des autres, trafiquant jusqu’à ses propres souvenirs pour se montrer sous son meilleur jour.

Mais Hoover était un personnage torturé et ombrageux, cachant sous sa réussite apparente une existence prostrée et misérable. Il vit avec sa mère, femme rigide et dirigiste, éprouve une passion secrète pour son ami et confident, déteste les femmes

A trop vouloir insister sur cet amour dévorant et frustrant, Eastwood oublie le côté ludique de son film et égare son personnage et son acteur dans un rôle trop misérabiliste. De nombreuses longueurs sont à déplorer et la fin tire larmes dissimule l’essentiel : le FBI est devenu un monstre qui a survécu à son créateur. Décédé en 1972, Hoover ne verra jamais la chute du bloc communiste, qu’il espérait si ardemment.

Quentin Buchberger

Date de sortie : 11 janvier 2012

Réalisation : Clint Eastwood

Scénario : Dustin Lance Black

Avec : Leonardo DiCaprio, Naomi Watts, Armie Hammer, Judi Dench

Durée : 2h15

Genre : Biopic

Photographie : Tom Stern

Musique : Clint Eastwood

Budget : 35 000 000 $

Distributeur : Warner Bros.

Du même réalisateur :Pale Rider (1985), Le maître de guerre (1987), Impitoyable (1992), Sur la route de Madison (2005), Jugé coupable (1999), Mystic River (2003), Million Dollar baby (2005), Mémoires de nos pères (2006) et Lettres d’Iwo Jima (2007), L’échange (2008), Gran Torino (2009), Invictus (2010), Au delà (2011)

 

Prochaine rubrique cinéma le dimanche 29 janvier 2012

**** à voir absolument
***  à voir
** pourquoi pas
*   mieux vaut éviter

QuentinBuchberger