Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

CINEMA The Lady de Luc Besson

Michelle Yeoh - DR - cliquez sur l'image pour agrandir
** pourquoi pas

Le récit du combat d’un prix Nobel de la paix par le Luc Besson du Cinquième Élément aurait pu faire craindre le pire. Pourtant The Lady, sans être un grand film, a de la ressource.

Publicité

Prix Nobel de la Paix en 1991, Aung San Suu Kyi symbolise depuis des années l’opposition non-violente à la junte militaire au pouvoir en Birmanie.

Michelle Yeoh l’incarne avec une sobriété sereine et bienvenue car Luc Besson, dont le goût pour le très grand spectacle n’est plus à démontrer, va s’employer à noyer cette sobriété sous un océan de ralentis et de musiques solennelles. L’effet est d’abord des plus étranges, puis des plus agaçants.

L'actrice semble quelque peu perdue au milieu de cet afflux d’effets de grand spectacle mais s’en tire du mieux qu’elle le peut, en faisant le choix de ne pas en rajouter dans son jeu.

Heureusement pour le film, son intérêt ne réside pas dans ses séquences hollywoodiennes. Besson va user du mélodrame pour raconter une histoire d’amour : celle de la femme politique birmane assignée à résidence et de son mari (interprété par un David Thewlis très convaincant), resté en Angleterre jusqu’à son décès en 1999. C’est d’ailleurs lui qui ira chercher le prix Nobel. Pendant que Thewlis cherche partout où il le peut des soutiens politiques pour sa femme, celle-ci organise l’action non violente d’une société birmane martyrisée par des militaires brutaux.

Ce décalage permanent entre deux histoires parallèles et pourtant liées a le mérite de susciter l’intérêt. A condition de se laisser prendre au jeu, The Lady raconte de façon malhabile et touchante la séparation de deux êtres. Si à vos yeux l’alchimie ne prend pas, nul doute que cette histoire de séparation hyper classique dans sa réalisation vous laissera de marbre. Deux personnages séparés par la vie mais liés par un amour indéfectible, c’est presque trop beau pour être vrai.

 

Quentin Buchberger

Réalisation : Luc Besson

Scénario : Rebecca Frayn

Avec : Michelle Yeoh, David Thewlis, Jonathan Ragget, Jonathan Woodhouse

Durée : 2h07

Genre : Drame

Photographie : Thierry Arbogast

Musique : Eric Serra

Année de production : 2011

Distributeur : EuropaCorp Distribution

Date de sortie : 30 novembre 2011

Du même réalisateur : Le Grand Bleu (1988), Nikita (1990), Léon (1994), Le Cinquième Élément (1997), Jeanne d’Arc (1999), Angel-A (2005), Arthur et les Minimoyz (2006), Arthut et la Veangeance de Maltazard (2009), Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec (2010), Arthut 3 : la Guerre des Deux Mondes (2010)

 

Prochaine rubrique cinéma le samedi 10 décembre 2011

**** à voir absolument
***  à voir
** pourquoi pas
*   mieux vaut éviter

QuentinBuchberger