Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Conseil régional: comment lutter contre l’absentéisme des élus ?

Etienne Butzbach, maire de Belfort, a été mis en cause par le Front national pour son absentéisme au conseil régional © carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
sanction financière

Le règlement interne voté en 2010 instaurant des modulations des indemnités en cas d’absence a été modifié ce vendredi au conseil régional. L’occasion pour le Front national de dénoncer les absences répétées du vice-président Etienne Butzbach.

Publicité

Félicitations aux conseillers régionaux élus ou réélus à l’Assemblée nationale, Annie Genevard (UMP) et Marcel Bonnot (UMP), « sensibilité à la dureté de la défaite » pour les deux conseillers UMP qui ne sont plus députés (Françoise Branget et Jacques Grosperrin), pourtant absents hier tous les deux, et pour les deux vice-présidents PS et MRC qui n’ont pas été élus (Sylvie Laroche et Etienne Butzbach)…

Marie-Guite Dufay, présidente de la Région, a pris acte de la nouvelle configuration politique nationale avec ses répercussions sur l’assemblée régionale réunie en session plénière. « J’ai moi-même connu l’échec », a rappelé la présidente, candidate malheureuse aux législatives de 2007 à Besançon-est contre Jacques Grosperrin (UMP).

Annie Genevard, qui préside le groupe de droite, a annoncé sa démission. Elle pourrait être remplacée par la Montbéliardaise Marie-Noëlle Biguinet, suivante sur la liste. Celui ou celle qui prendra la responsabilité du groupe d’opposition n’est pas encore désigné.

Passé ce moment « républicain », les conseillers régionaux ont eu à se prononcer sur le nouveau règlement intérieur destiné à lutter contre l’absentéisme modifiant celui voté à l’unanimité en juin 2010. Désormais, de 30% à 50% d’absences non justifiées sur un semestre (non plus par trimestre) donnent lieu à un abattement de 30% de l’indemnité mensuelle servie et au-delà de 50% d’absence le montant est diminué de 50%. Autre changement, la présence ou l’absence est constatée par demi-journée et non plus sur la journée complète. « Il s’agit d’inciter ceux et celles trop souvent absents de corriger leur comportement », a précisé le socialiste Pierre Magnin-Feysot.

Etienne Butzbach, maire de Belfort, est arrivé juste à l’heure, vers 11h10, pour assister à sa mise en cause par le Front national sur ses absences. « Votre vice-président, M. Butzbach n’a pas trouvé le temps de siéger depuis le mois de mars », a lancé Sophie Montel en estimant « qu’il y a deux poids, deux mesures dans cette assemblée ».

La responsable du groupe d’extrême droite, elle-même victime du système pour une seule absence, a demandé la démission du maire de Belfort qui ne veut « visiblement pas assumer » son mandat et a réclamé à Marie-Guite Dufay la publication des taux de présence de chaque conseiller avec le montant des amputations financières.

« Je regrette la tonalité de vos propos aux yeux de l’opinion. Vos propos laissent penser que dans cette assemblée ne travaille pas. Vous avez également une façon de personnaliser dans laquelle je ne rentrerai pas », a répondu la présidente allant jusqu’à inventer un nouveau mot : « Il y a 98% de -présentéisme- à la Région, alors il ne faut pas surfer sur quelque chose de très malsain ».  

 

 

 

redaction

Etienne Butzbach : « Je n’accepte pas la façon dont on me jette en pâture »

Le maire de Belfort n’a pas répondu aux accusations du Front national en séance. « Je ne voulais pas faire le buzz sur le thème du -tous pourris-. Ce débat est nauséabond », estime-t-il.

« Les assemblées sont essentielles pour le fonctionnement démocratique, mais seuls quelques ténors prennent la parole. C’est la partie visible de l’iceberg. Ce n’est pas là qu’on fait progresser les dossiers. Il y a un travail de soutien invisible », avance le maire de Belfort en reconnaissant, tout de même, qu’il n’a pas fait preuve d’assiduité au conseil régional ces derniers mois.

« J’ai concentré mes efforts sur une campagne des législatives, mais je n’ai pas abandonné mes missions », poursuit Etienne Butzbach, persuadé que « le travail de la majorité se fait en dehors de l’assemblée et le travail de l’opposition dans l’assemblée ».

« Je gagne 4400 euros net par mois pour trois mandats »

Le nouveau système adopté pour comptabiliser les absences des élus régionaux ne satisfait pas plus le maire de Belfort que celui adopté en 2010 qui lui a valu d’avoir des indemnités sensiblement amputées. « C’est une approche très superficielle. On ne tient pas compte du travail sur le terrain », regrette-il.

« Les assemblées font partie du jeu démocratique, mais je n’accepte pas la façon dont on me jette en pâture. Je gagne 4400 euros net par mois pour trois mandats. En tant que président de la CAB (Communauté d’agglomération belfortaine), en tant que maire de Belfort et comme vice-président du conseil régional. Je ne suis pas salarié par ailleurs, ni médecin, ni professeur. Je précise qu’un député gagne 5300 euros net sans compter 6400 euros de frais sans justification nécessaire de dépenses. A un moment donné, ras-le-bol», se lamente Etienne Butzbach.

Certes, mais Marie-Guite Dufay lui a tout de même fait remarquer « qu’il faut dorénavant participer aux assemblées ».

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille