Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Crime du Café du théâtre : deux hommes renvoyés devant les assises

@carvy - cliquez sur l'image pour agrandir

En novembre 2011, le patron du Café du théâtre, Pascal Legal, était sauvagement tué dans son appartement situé au-dessus de cet établissement gay friendly de Besançon. L'assassin présumé du cafetier et homme suspecté de l'avoir mis en relation avec sa victime, moyennant quelques largesses, seront jugés devant les assises du Doubs fin 2013 ou début 2014.

Publicité

Le 14 novembre 2011, Pascal Legal doit partir en vacances au Maroc avec des amis. Mais il est injoignable et la porte de son appartement, rue Mairet, en face de la faculté de lettre de Besançon, est verrouillée. Inquiets, ses proches donnent l'alerte.

Les pompiers interviennent dans le logement, qui se trouve au-dessus du café-restaurant connu des bisontins pour ses soirées festives et sa bonne ambiance. Ils découvrent alors le commerçant gisant sur le sol de sa chambre. Il baigne dans son sang, la tête recouverte d'un peignoir rougi par l'hémorragie.

L'autopsie comptabilisera 99 coups de couteau, dont un certain nombre de blessures de défenses. Les coups les plus violents ont sectionné des veines au niveau du cou et perforé les poumons, vouant la victime à une mort implacable.

La victime avait des relations monayées avec des jeunes hommes

L'ordinateur du restaurateur de 44 ans et sa carte bancaire ont disparu et plusieurs retraits ont été effectués, après l'heure du crime.

Les enquêteurs de la police judiciaire de Besançon, chargés de l'enquête, interrogent l'entourage du restaurateur qui n'a jamais caché son homosexualité. Les investigations font rapidement ressortir que la victime avait des relations monnayées avec des jeunes hommes d'origine maghrébine.

Marouane Chkarmi 32 ans est l'un d'eux. Surveillant dans un établissement scolaire professionnel, il reconnaît avoir entretenu une liaison avec le quadragénaire et lui avoir présenté d'autres jeunes gens prêts à se prostituer. Lui-même recevait au passage quelques dizaines d'euros en guise de "remerciement", de quoi l'inculper pour "proxénétisme aggravé".

Il reconnaît avoir tué Pascal Legal

Le trentenaire a notamment présenté Arnaud Gijbels, 22 ans, à M. Legal. Le jeune homme sera interpellé quelques jours après le crime à la gare d'Annemasse (Haute-Savoie) en possession de l'ordinateur, d'un appareil photo et de la carte bancaire du restaurateur. Placé en garde-à-vue, il admet être l'auteur des coups de couteau.

Arnaud Gijbels soutient avoir agit par vengeance, sur fond de prostitution homosexuelle. Il assure avoir été drogué et violé quelques semaines plus tôt par le cafetier et être venu chez lui pour s'expliquer sur ces faits, sans intention criminelle mais tout de même équipé d'un couteau. Une version impossible à vérifier et dont doutent les enquêteurs qui n'ont trouvé aucune trace de GHB, la "drogue du violeur".

L'hypothèse d'un crime crapuleux sera sans doute interrogée lors du procès qui abordera la question de la nébuleuse de prostitution homosexuelle mise à jour par les enquêteurs sur Besançon.

L'annonce de la disparition du patron du Café du Théâtre, bar mythique du centre-ville de Besançon, avait suscité une vive émotion parmi les bisontins, très attachés à cet établissement fréquenté aussi bien par la population étudiante et universitaire que par la communauté homosexuelle.

Léon

Autres faits divers

7 décembre 2017 à 07:25
4 décembre 2017 à 17:38

Votre météo avec

Evénements de Besançon

W. Guillet
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
Maison de l'environnement de Franche-comté - Besançon
© d poirier
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
PLACE GRANVELLE - Besançon
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
CRIJ FRANCHE-COMTÉ - Besançon
Mer, 13 Décembre 2017 14h00 - 17h00
MAISON DE L'ARCHITECTURE - Besançon
Jeu, 14 Décembre 2017h
3 avenue des Montboucons - Besançon