Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Cyclisme sur piste : l'argent pour Morgan Kneisky aux Mondiaux de Londres

Morgan Kneisky au centre © Morgan Kneisky facebook - cliquez sur l'image pour agrandir

Benjamin Thomas et le cycliste bisontin ont monté sur la deuxième marche du podium de la course à l'américaine ce dimanche 6 mars 2016 lors des championnats du monde de cyclisme sur piste qui se déroulaient  Londres. L'épreuve a été remportée par les Anglais  Mark Cavendish et Bradley Wiggings.

Publicité

Longtemps en tête de la course, les deux Français  n'ont été battus que par les stars locales, Mark Cavendish et Bradley Wiggins, véritablement portés par la foule. Une vraie satisfaction donc pour le duo tricolore dont le bonheur tranchait avec les mines des mauvais jours dans le camp des sprinteurs.

Chez les filles, Laurie Berthon affichait un large sourire après sa deuxième place dans l'omnium, derrière l'intouchable britannique Laura Trott. La Lyonnaise (24 ans), triple championne de France de la spécialité, a décroché sa première médaille mondiale. Une médaille qui en appelle d'autres, tant la jeune femme est en progrès constant. Aux Jeux de Rio, elle visera d'ailleurs l'or, à croire son entraîneur Samuel Bouyer qui sait "où Laurie peut s'améliorer et encore gagner des points". L'omnium réunit six épreuves, mélange de sprint et d'endurance: scratch, tour lancé, poursuite individuelle, course à l'élimination, kilomètre et course aux points.

Inquiétudes avant les JO

La délégation française a en effet quitté les Mondiaux de Londres avec une véritable inquiétude concernant le niveau de ses sprinteurs à moins de cinq mois des JO.

Avec deux nouvelles médailles, s'ajoutant au bronze décroché jeudi par Quentin Lafargue au kilomètre, la France a quitté le Lee Valley Velopark sur une bonne note même si le sentiment dominant restait la déception après les échecs inquiétants des sprinters. 

Pervis ne se reconnaît pas

Dimanche, à moins de cinq mois des JO, François Pervis a pu mesurer le gouffre qui le sépare des meilleurs sprinteurs de la planète, le Britannique Jason Kenny (vainqueur de la vitesse) et l'Allemand Joachim Eilers (sacré en keirin et au km) en tête. Pervis n'avait pas les jambes, simplement. Le double tenant du titre de la spécialité n'a même pas atteint la finale du keirin (12e).

"Je manque de fraîcheur. Je n'ai pas encore récupéré des lourds entraînements hivernaux", a-t-il martelé durant toute la semaine après avoir renoncé à défendre son titre sur le kilomètre puis avoir été sorti dès le premier tour de la vitesse individuelle.

Pervis a aussi évoqué "des problèmes personnels, d'ordre privé" qui le mineraient depuis deux ans. "Cette semaine, sur le vélo, je ne me reconnaissais pas. J'étais sans sensation. Le problème est davantage dans la tête que dans les jambes". Mais sera-t-il seulement à Rio ? Ils sont cinq (Baugé, Sireau, D'Almeida, Lafargue et donc Pervis) à se disputer les trois places du sprint français aux JO. 

La sélection sera annoncée le 4 avril. Dimanche, le DTN Vincent Jacquet et l'entraîneur Laurent Gané n'ont donné aucun indice quant à leur futur choix.

Damien

Votre météo avec