Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Des panneaux bilingues en franco-provençal ?

Un panneau à Clucy © Billy Fumey. - cliquez sur l'image pour agrandir
Un panneau à Salins-les-Bains © Billy Fumey. - cliquez sur l'image pour agrandir
bilinguisme

Des panneaux en franco-provençal non officiels auraient fleuri, dans la nuit de mardi à mercredi, autour de plusieurs communes de Salins-les-Bains. S’ajoute ainsi en dessous de l’écriteau annonçant l’entrée des villages, exclusivement en français, la traduction provisoire du toponyme dans ce dialecte.

Publicité

Sept communes de Salins et sa région sont concernées par cette action peu banale : Salins-les-Bains (Sôlin), Clucy (Kieussy), Abergement-les-Thésy (Ôbérdzoma), Lemuy (L'mu), Arc-sous-Montenot (En-A), Villers-sous-Chalamont (Vela), et Villeneuve d'Amont (Veloneuvo).

Ce militantisme régional semble pour le moment symbolique puisque les supports n’ont pas vocation à être durables. Ils se composent en effet d’un rectangle en carton rigide, encadré de scotch orange sur fond blanc, avec en coin le blason dela Franche-Comté. L’absence complète de signalisation bilingue français/dialectes locaux dans la région semble donc être perçue comme un réel manque par certains habitants.

De nombreux autres Territoires du pays ont toutefois depuis longtemps leurs propres indications, notamment en breton, en corse, en basque, en occitan, en alsacien, en gascon, en catalan, ou encore en créole. Les langues franc-comtoises, parmi elles le jurassien, le franc-comtois ou le franco-provençal, sont certes aujourd’hui minoritaires, mais pourraient avoir par cette vocation une préservation historique et culturelle. D’autant plus que la demande existe, la dernière en date ayant été la proposition d’une installation officielle de ce type dans la commune de Cernans début juillet.

Requête refusée par la mairie, même si elle se déclarait sensible à la cause. Pourtant les populations concernées sont en général sensibles et approuvent aisément ces dispositions quand elles existent, alors pourquoi la Franche-Comté tarde-t-elle à saisir l’occasion de renouer emblématiquement avec ses traditions ?

Les promeneurs verront-ils un jour le nom des villages typiques dans leur langue d’origine avant que celle-ci ne disparaisse définitivement, c’est là toute la question.

Toufik-de-Planoise

Votre météo avec