Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Deux policiers tués par un terroriste dans les Yvelines

Image d'archives ©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir

Ce lundi 13 juin 2016 vers 21 heures, deux policiers ont été abattus par arme de blanche à leur domicile, dans un quartier pavillonnaire de Magnanville, dans les Yvelines. Il s'agit d'un acte terroriste revendiqué par l'État islamique…

Publicité

Un commandant de police de 42 ans est mort, lundi vers 21 heures, devant son domicile dans un quartier pavillonnaire de Magnanville, le corps lardé de coups de couteau. Le meurtrier s’est ensuite retranché dans la maison. Peu après, tous les habitants du quartier ont été évacués, avant qu’un dispositif policier important n’empêche toutes les allées et venues.

Puis les policiers de l’unité d’élite du RAID "sont rapidement arrivés sur les lieux. Des négociations étaient entamées et un plan d’assaut a été mis au point", a expliqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet. "Les négociations ne pouvant aboutir, il a été décidé de donner l’assaut", a-t-il ajouté. Le forcené a été abattu lors de l’offensive.

Le corps de la compagne de la victime, qui était également fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, a alors été découvert, ainsi que leur enfant, lui, sain et sauf. Selon le procureur de la République à Versailles, ce dernier, âgé de 3 ans, est "choqué, mais indemne"

Le meurtrier déjà condamné pour terrorisme 

L’auteur des meurtres se nomme Larossi Abballa, 25 ans, selon une source judiciaire, confirmant une information de RMC Info. Il avait déjà été condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis en 2013, pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes" dans le cadre du procès d’une filière d’acheminement de djihadistes vers les zones tribales pakistano-afghanes. 

Revendication de l’EI 

Le meurtrier s’est notamment revendiqué de l’organisation djihadiste Etat islamique (EI), selon la même source.

L’EI a, de son côté, revendiqué les deux assassinats par l’entremise de son agence de presse, A’maq, comme l’a relevé le chercheur spécialiste du djihadisme Romain Caillet : "Un combattant de l’Etat islamique tue à l’arme blanche un chef adjoint de police des Mureaux ainsi que sa femme fonctionnaire dans la ville de Magnanville près de Paris." 

Le parquet antiterroriste saisi

Le parquet antiterroriste s’est saisi en raison de "la cible", un policier, du mode opératoire, des coups de couteau, et "des propos tenus" par le forcené pendant la négociation avec le RAID (recherche, assistance, intervention, dissuasion), l’unité d’intervention de la police nationale.

Les investigations ont été confiées conjointement à la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire, à la police judiciaire de Versailles et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). 

Réunion à l’Élysée

"Toute la lumière sera faite" sur "la nature exacte" de "ce drame abominable", a déclaré François Hollande dans la nuit. Une réunion a été convoquée mardi matin à l’Élysée. De son côté, le Premier ministre, Manuel Valls, a réagi mardi matin en affichant la "solidarité de toute la Nation aux policiers" : "Refuser la peur, combattre le terrorisme."

(Avec AFP)

Alexane

Votre météo avec

Evénements de france