Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

DIAPORAMA Nicolas Sarkozy : « C’est important de venir sur le terrain »

©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Election ou pas, le président de la République a décidé de ne pas rester enfermé à l’Elysée. A la veille des régionales, il a dévoilé sa passion pour les usines.

Publicité

« Si je devais seulement venir en dehors des élections je ne viendrais pas souvent en Franche-Comté », a répondu Nicolas Sarkozy à ses détracteurs dès l’ouverture de la table ronde consacrée ce matin à Pontarlier à l’emploi et à la formation professionnelle. « Je ne veux pas m’enfermer à l’Elysée. C’est important de venir sur le terrain, ça met des visages. Je ne peux pas arrêter mes visites parce que c’est les vacances ou les élections », a-t-il insisté aux côtés et de son secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet, et de la présidente socialiste du conseil régional, Marie-Guite Dufay, qui a longuement hésité avant de répondre à l’invitation présidentielle.
 
Pas question pour elle d’assister à ce débat devant 1200 personnes sans pouvoir prendre la parole. Oubliée par le président jusqu’à la fin, elle a saisi un micro... Nicolas Sarkozy a alors dû intervenir pour mettre un terme aux sifflets de la salle. « Je demande à chacun d’être courtois. Vous souhaitez prendre la parole, prenez là !», s’est finalement résigné le président de la République qui, du coup, a également permis au candidat UMP de s’exprimer.
 
« Mon rôle de chef de l’Etat n’est pas de rentrer dans une campagne. Chacun sait quels sont mes amis, ceux qui me soutiennent et ceux qui ne me soutiennent pas, mais je n’ai pas à interférer », avait précisé au préalable Nicolas Sarkozy qui n’a eu de cesse de se justifier lors de ce 6ème voyage (non pas le 4ème) par rapport aux nombreuses critiques émises par l’opposition sur cette visite en pleine campagne électorale et relayées par « les commentateurs » et « les journalistes » plusieurs fois remis en cause lors de sa visite marathon de deux heures et demie.
 
Avant la table ronde, qui a mis en scène quelques acteurs triés sur le volet donnant l’occasion au président de mettre en valeur sa politique en faveur de l’emploi, Nicolas Sarkozy a fait un tour au lycée Edgar Faure de Morteau et à l’entreprise Strader de Pontarlier où il a fait l’éloge de l’industrie. « L’usine est un lieu important de la société française. Ne soyez pas absent du débat et du choix politique », a-t-il insisté lors d’une rencontre avec les « ouvriers » invités « à se mettre devant » en face de lui. « Ca me plait d’être dans les usines. L'avenir des usines, ça me passionne… », a avoué le président comme si cet électorat pouvait permettre à son «ami» Joyandet de reprendre la Franche-Comté à la gauche le 21 mars.
 
Très sollicité pour poser avec les salariés, le président a dû finalement presser le pas. Mais il a promis un retour prochain dans la région. « Je reviendrai faire du vélo » leur a-t-il juré.
 
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille