Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

DIAPORAMA Trois ans de chantier pour la Cité des Arts de Besançon

©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Lancé il y a trois ans, ce projet régional imaginé par l’architecte Kengo Kuma ouvrira début 2013. La Cité des Arts et de la Culture abritera le Fonds régional d'art contemporain (FRAC) et le Conservatoire à rayonnement régional (CRR). La première pierre a été posée cet après-midi en présence de Kengo Kuma.

Publicité

« Trois années de patience, la pierre est posée ». L’inscription qui figure sur la symbolique première pierre du chantier de la Cité des Arts et de la Culture à Besançon est à l’image de son architecte, très zen. C’est sans exubérance que Kengo Kuma a participé ce mardi au lancement de son premier chantier en France.

Le célèbre architecte japonais en a décroché bien d’autres depuis dans l’Hexagone (Paris, Marseille, Aix-en-Provence…). « Encore une fois, la Franche-Comté a eu une longueur d’avance », n’a pas pu s’empêcher Marie-Guite Dufay.
 
Kengo Kuma a avoué qu’il connaissait Besançon grâce à son concours de chef d’orchestre qui a consacré il y a une cinquantaine d’années son compatriote le célèbre chef Seiji Ozawa. « Sa victoire a stimulé le Japon qui n’avait plus confiance en lui. Tous les artistes ont été encouragés. Moi aussi, ça m’a donné le courage de travailler en dehors du Japon. Besançon, ce n’est pas un hasard », a précisé l’architecte qui, à l’instar de tous les intervenants, a rendu un hommage appuyé à Raymond Forni qui avait « une grande exigence ».
 
C’est effectivement l’ancien président de la Région qui a donné l’impulsion à ce chantier qui va transfigurer l’une des entrées de la capitale régionale. La friche urbaine de l’ancien port fluvial de Besançon va accueillir le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) le Conservatoire à rayonnement régional (CRR) sous le même toit. « Un toiture monumentale qui abritera 1200 m2 de panneaux photovoltaïques », a précisé Jean-Louis Fousseret (PS), président du Grand Besançon et maire de la capitale régionale.
 
Il est vrai que la future Cité des Arts et de la Culture sera exemplaire d’un point de vue environnemental et énergétique. C’est d’ailleurs le premier bâtiment culturel de cette importance en France qui s’inscrit dans la démarche BBC (bâtiment basse consommation). Le coût total de l’ouvrage s’élève à 46,4 M€ essentiellement répartis entre le Grand Besançon, la Ville de Besançon et la Région. Participent également au financement l’Etat, l’Europe, la DRAC de Franche-Comté, le conseil général et l’ADEME.
 
Avant que des jeunes élèves du conservatoire interprètent deux chants en japonais et posent dans la première pierre quelques messages ou vœux inscrits sur des petits papiers, le préfet de Région, Nacer Meddah, dont c’était la première sortie officielle importante, a souligné que cet ensemble architectural sera « un élément supplémentaire de notoriété pour la Franche-Comté ».
 
Le mot de la fin revient à Kengo Kuma. « Je vous demande de me supporter encore trois ans ». Il a annoncé qu’il va venir souvent à Besançon pour « surveiller la réalisation de tous les détails ».
 
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille