Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Douze cadres du groupe Parisot veulent reprendre leur société

© groupe parisot - cliquez sur l'image pour agrandir
réponse le 10 avril

Douze cadres du groupe Parisot, leader français de la fabrication de meubles, qui emploie environ 2.000 salariés, ont déposé un dossier de reprise de l'ensemble de l'entreprise, sur lequel la justice rendra sa décision le 10 avril.  Le plan de reprise vise les sites français de Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), Corbenay (Haute-Saône), Mattaincourt (Vosges), et de deux sites de production en Roumanie.

Publicité

Douze cadres dirigeants du groupe Parisot et un actionnaire minoritaire, François-Denis Poitrinal, ont déposé un dossier de reprise en mars auprès des tribunaux de commerce de Vesoul (Haute-Saône) et d'Epinal (Vosges), a indiqué un représentant du projet.

Les 831 postes de Haute-Saône maintenus dans le projet de reprise 

Dans ce projet, l'ensemble du personnel des sites haut-saônois (831 salariés) et roumain (environ 1.000 salariés) sont conservés. En revanche, une quarantaine de postes pourraient disparaître à Mattaincourt (290 salariés), a précisé le représentant.

Les repreneurs prévoient un investissement de 12 millions d'euros, dont 2 millions d'euros à investir sur le site vosgien dès la première année. Ils ont déjà obtenu du Fonds de développement économique et social la garantie d'un prêt de 3 millions d'euros, à rembourser en sept ans, a noté leur porte-parole. 

Le tribunal de commerce de Vesoul se prononcera le 8 avril prochain sur ce projet. Mais cette décision ne sera actée que le 10 avril, si le tribunal de commerce d'Épinal donne lui aussi son feu vert à la reprise de Parisot-Mattaincourt, actuellement en redressement judiciaire.  "Nous attendons la décision du 10 avril sereinement, car le projet de reprise est solide, financé et prévoit le maintien des sites en France", a confié le représentant du projet. 

Le groupe Parisot est pour l'instant détenu à 49% par la famille du fondateur, Jacques Parisot, et à 51% par Windhurst Industries, leader européen de l'aménagement d'intérieur. En cas de reprise la famille Parisot et Windhurst Industries quitteraient le groupe.

 Laurence Parisot, petite-fille du fondateur et ancienne présidente du Medef, n'entretient plus aucun lien avec l'entreprise.

(Source : AFP)

Damien

Votre météo avec

Evénements de haute-saone