Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Education: la fin de l’alternance pour les enseignants débutants

Nathalie Faivre (SNES), Springsfields marin (FSU) et deux étudiants de l'UNEF ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Des syndicats dénoncent les mauvaises conditions auxquelles seront confrontés les nouveaux professeurs à la rentrée prochaine.

Publicité

« Le ministre de l’Education nationale supprime toute formation professionnelle pour faire des économies ». Ce constat syndical a incité FSU et SNES a alerté sur une situation annoncée comme explosive à la rentrée prochaine. La réforme de la formation des maîtres va mettre les 180 stagiaires francs-comtois du 1er degré et les 140 du second degré « en grande difficulté ».
Alors qu’ils bénéficiaient jusque là d’une alternance entre pratique et théorie (1/3 en classe, 2/3 en IUFM), ils devront désormais se former sur le tas. Outre leur 18 heures de cours hebdomadaires, ils auront 15 mercredis de formation en plus de leur service. « C’est très lourd pour un débutant, qui vient juste de réussir son concours et qui met deux fois plus de temps pour préparer ses cours, de travailler à plein temps», a expliqué ce jeudi matin à Besançon Nathalie Faivre du SNES à l’occasion d’une conférence de presse.
« Malgré l’opposition unanime de tous les acteurs concernés, le ministère passe en force et tente d'imposer sa réforme de la formation des enseignants dès la rentrée 2010 afin d'économiser 6000 postes d'enseignants », a complété Springsfields Marin, coordinateur régional de la FSU.
« Le ministère justifie la suppression pure et simple de la formation professionnelle en prétendant que désormais cet aspect est assuré par l'université, feignant d'ignorer que la plupart des masters ne sont pas encore élaborés, et que les étudiants de cette année n'ont pas bénéficié du volet professionnalisant de la future formation », poursuit le syndicaliste en récusant ce système destiné à « détruire le cadre collectif de la formation au profit de l’individualisation du parcours ». Qui plus est, souligne-t-il, « il y aura des injustices territoriales énormes car la formation est décentralisée et chaque université fera ce qu’elle voudra ».
Dans le second degré circule une pétition signée par tous les syndicats qui invite les enseignants « à signifier leur refus de se porter volontaires pour assumer à la rentrée prochaine la charge de conseillers pédagogiques tuteurs compte tenu des conditions inacceptables de stage et de formation des futurs enseignants ».
Deux étudiants l’UNEF ont fait savoir en complément que la mastérisation telle qu’elle est prévue va accentuer la sélection sociale. « Sachant que la moitié des étudiants sont obligés de se salarier, beaucoup d’entre eux ne pourront même pas passer les concours. Ils auront un master sans concours et feront partie du vivier des précaires ».
 
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille