Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Escroquerie Stanford : la Suisse aide à indemniser les lésés

© www.groupe-publipresse.com - cliquez sur l'image pour agrandir

La Suisse a condamné la société Stanford Group (Suisse), liée à l'escroc texan Robert Allen Stanford, surnommé le "petit Madoff" à une amende d'un million de francs suisses (800.000 euros) pour blanchiment d'argent.

Publicité

La décision a été prise et publiée par le ministère public de la Confédération (MPC) lundi à Berne.  Ce montant ainsi que les fonds déposés en Suisse serviront à indemniser les victimes de la fraude pyramidale mise en place par cet escroc, qui a été condamné en juin 2012 à 110 ans de prison.

Stanford Group (Suisse), une société en cours de liquidation, devra également verser près de 10 millions de francs suisses pour indemniser les victimes de l'escroquerie qui a porté sur plus de 7 milliards de dollars. Le MPC a en outre libéré 200 millions de francs suisses bloqués sur des comptes bancaires afin d'indemniser les victimes de Stanford.

Selon le communiqué publié lundi, le blanchiment d'argent a été prouvé. Dans le cadre de l'entraide judiciaire mutuelle, la Suisse a remis aux autorités  américaines des documents bancaires et des procès-verbaux d'audition d'employés de banque pour la procédure aux Etats-Unis. Allen Stanford a été condamné pour avoir monté une escroquerie portant sur sept milliards de dollars. Il a été reconnu coupable d'avoir trompé quelque 30.000 investisseurs de plus de 100 pays en leur vendant des produits financiers fictifs aux rendements exceptionnels.

Rappel des faits

La procédure en Suisse avait été ouverte en 2009, car les autorités helvétiques pensaient qu'une partie des fonds extorqués aux Etats-Unis pouvaient se trouver en Suisse. Une enquête pénale avait été ouverte en février 2009 contre Robert Allen Stanford, deux complices américains et la société helvétique.

Le système utilisé consistait à rémunérer les premiers investisseurs par les dépôts d'investisseurs ultérieurs, sans réelle création de valeur. Il a notamment été utilisé pendant des décennies par l'Américain Bernard Madoff, condamné à 150 ans de prison en 2009 pour avoir pompé  plus de 65 milliards de dollars.

 (avec AFP)

Damien

Votre météo avec

Evénements de Suisse

Dim, 11 Décembre 2016h
-