Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Fermeture de la centrale de Mühleberg en 2019: Un marchandage réalisé sur le dos de la population

La centrale de Mühleberg dans le canton de Berne se trouve à une quarantaine de km de la frontière franco-suisse, à hauteur du nord Franche-Comté ©wikipedia - cliquez sur l'image pour agrandir
et le nucléaire chez nos voisins ?

En Suisse voisine BKW / FMB, l'exploitant de la centrale, a annoncé ce vendredi 30 octobre 2013 vouloir maintenir en activité la centrale de Mühleberg jusqu'en 2019, malgré son âge très avancé. Greenpeace Suisse qualifie cette annonce de "pacte avec le diable que l'entreprise souhaite négocier avec l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire helvétique".

Publicité

La centrale nucléaire suisse de Mühleberg est située dans le canton de Berne dans un rayon de 40 km de la frontière franco-suisse, à hauteur du nord Franche-Comté. Sa date de mise en service est proche de la centrale de Fessenheim et remonte au début des années 70.

"Il apparait aujourd'hui que l'IFSN et BKW/FMB se sont livré à un marchandage qui prolonge une expérimentation nucléaire dangereuse pour notre pays, sous couvert de mesures de rééquipement purement cosmétiques", déclare Florian Kasser, expert des questions nucléaires pour Greenpeace Suisse. "Cette décision négligente est le signe d'une culture de sécurité irresponsable." Ajoute-t-il.

"En décembre dernier, l'IFSN annonçait très clairement que BKW/FMB devait avoir réalisé un rééquipement complet d'ici à 2017, si l'entreprise souhaitait faire fonctionner la centrale de Mühleberg au-delà de cette date. L'annonce faite par BKW/FMB ce matin semble indiquer que ces travaux ne seront pas réalisés. Le montant annoncé préalablement pour ces mesures était d'au moins CHF 170 millions. Aujourd'hui, BKW/FMB annonce vouloir investir CHF 15 millions pour des mesures de rééquipement extraordinaires" précise M. Kasser.

Si la date d'arrêt annoncée aujourd'hui est une première, elle devra encore être concrétisée. Selon la Loi sur l'énergie nucléaire, BKW/FMB doit officiellement soumettre sa décision de renoncer à une autorisation d'exploitation illimitée à l'administration compétente, à savoir le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication. Tant que la décision concernant la date d'arrêt n'est pas officiellement avalisée, il sera toujours possible pour l'entreprise de prolonger l'activité de Mühleberg.

"D'autant plus que l'IFSN a jusqu'ici fait preuve d'une grande inconstance dans le dossier Mühleberg. Mis sous pression par BKW/FMB, l'organe de surveillance du nucléaire a renoncé à certaines de ses exigences en matière de sécurité. L'IFSN devra donc être ferme en ce qui concerne le contrôle des mesures de rééquipement de la centrale", déclare Florian Kasser.  "Dans le même temps, le Parlement doit se saisir du dossier et voter une loi qui limite à 40 ans la durée d'activité maximale de toute les centrales nucléaire suisses. Ce qui doit amener à une fermeture immédiate de Mühleberg" conclut-il.

Vincent