Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

No Logo : "l'autre" festival !

le Festival No Logo se déroulera en extérieur dans le parc entourant les Forges de Fraisans ! - cliquez sur l'image pour agrandir
Féfé ©dr - cliquez sur l'image pour agrandir
Julian Marley ©dr - cliquez sur l'image pour agrandir
Babylon Circus ©dr - cliquez sur l'image pour agrandir
J-7 !

Ambiance reggae ! Monté en seulement quelques semaines, sans sponsors, ni subventions, avec de grandes têtes d’affiche comme Alpha Blondy, Max Roméo ou Julian Marley, le No Logo festival fait déjà le buzz. Il aura lieu les 14 et 15 août aux Forges à Fraisans. Entretien avec l’un de ses instigateurs, Florent Sanseigne.

Publicité

maCommune.info : Pourquoi avoir décidé de créer ce festival ?

Florent Sanseigne : "Mon associé, Michel Jovanovic, et moi-même sommes tourneurs à la base. Nous vendons des groupes et des artistes issus du milieu reggae sur des scènes internationales (ndlr : ils ont créé la société Médiacom Tour en 2011). Depuis longtemps nous avions l’idée de monter un festival avec un autre schéma économique que ceux que l’on voit habituellement. Nous voulons montrer qu’il est possible de proposer une entrée pas chère tout en présentant cinq ou six grandes têtes d’affiche.

Il ne manquait que le lieu. Des premières pistes avaient été évoquées dans le Larzac ou la Bretagne et il y a un mois, on m’a présenté par hasard le site des Forges à Fraisans. J’ai flashé sur l’endroit, son cadre éthique et verdoyant. Car nous souhaitons aussi rester dans le développement local et soutenir une démarche citoyenne. Tous les brasseurs présents sur le site seront notamment des locaux. Nous aurions pu faire appel à de grands groupes de bières mais ce n’était pas notre objectif. Sans tomber dans quelque chose d’alter mondialiste, nous ne souhaitions pas passer par les circuits habituels."

Tenter l’aventure sans partenariats, n’est-ce pas un peu utopique ?

"Nous avons baptisé le festival "No Logo" en référence à l’absence de partenariats ou de subventions. Le slogan que nous adressons aux festivaliers est le suivant : « c’est vous qui décidez ! » L’esprit de cet événement, original et indépendant, est justement de défendre une certaine idée de liberté de penser et d’action. Nous ne voulons donner des leçons à personne. On nous a dit que nous étions fous, mais on tente simplement de faire quelque chose et on demande aux gens si ce genre de projet les intéresse. Pour que le festival se pérennise, il faudra que le public réponde présent à la première édition.

Deux choses étaient importantes à nos yeux : la programmation et le prix (ndlr : 15€ par jour et 25€ pour les deux jours, soit deux fois moins que ce qui se fait habituellement). Nous voulons permettre l’accessibilité au plus grand nombre. Nous aurions pu fixer le prix de l’entrée plus cher et ainsi avoir une rentabilité plus grande, mais ce n’est pas le but."

Quelle sera la programmation ?

"Ouvert à tous les styles musicaux, le festival est essentiellement axé sur le reggae. Notre société s’est fait un petit nom dans le milieu musical, ce qui permet d’avoir des relations et de présenter des grands noms internationaux. On accueillera ainsi Alpha Blondy, Capleton, Julian Marley : le fils de Bob Marley ou Max Roméo : l’icône du reggae roots. Mais aussi Féfé ou Babylon Circus.

Une autre importante tête d’affiche sera prochainement dévoilée. Tous les artistes contactés ont trouvé notre projet intéressant et ont adhéré à la démarche pour faire en sorte que cela fonctionne."

N’avez-vous pas peur qu’on dise qu’il s’agit d’un énième festival en région, après les Eurockéennes, le festival de la paille… ?

"Il n’y a pas de concurrence avec les autres festivals. Les groupes en tournée l’été et notamment au mois d’août nous ont fait remarquer qu’il n’était pas toujours facile de se mobiliser. Le fait que nous organisions ce festival en semaine est un avantage. Je pense par ailleurs que tout le monde à sa place dans le paysage musical franc-comtois ou autre. C’est au contraire, un avantage d’avoir tous ces festivals. Nous avons un bon vivier local. Plus on en a, mieux c'est !

Et encore une fois, dans notre cas, nous axons surtout sur l’identité du festival, c’est le public qui le fera et qui décidera."

Les 14 et 15 août aux Forges de Fraisans. Jusqu’au 15 juillet, les 1 000 premières places sont vendues sur le site 10 € (au lieu de 15 €) et les 500 premiers pass 2 jours à 20 € (au lieu de 25 €).

La Page Facebook du No Logo Festival

Hannah
©