Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Football (L1) : Paris anéantit Sochaux (6-1)

Pris à froid, les Sochaliens ont semblé avoir les armes pour tenir tête au PSG pendant un petit quart d’heure avant de craquer et de faire les frais d’une attaque parisienne survoltée.

Publicité

Quand Maïga redonne espoir aux siens à la 12ème minute, il ne se doute pas que son but sera quasi anecdotique et que son équipe s’apprête à passer une pénible fin d’après-midi. Seule sursaut d’un collectif étouffé par les offensives parisiennes, Maïga profite d’une des rares errances de la défense parisienne en cette fin de journée et reprend de la tête une large ouverture de Martin. Il devance Sirigu et marque. Mais pas de coup de tonnerre sur le Parc. L’attaquant sochalien ne fait en effet qu’égaliser puisque Pastore a, très tôt (6ème), ouvert le score d’une frappe puissante et à bout portant sous la transversale.

Après l’égalisation, Sochaux va un peu mieux et construit avec patience ses offensives vers le but adverse. Passée la 20ème minute de jeu, Maïga est même tout près d’inscrire un doublé. Mais sa frappe trouve le poteau de Sirigu. Un moment crucial du match qui aurait peut être été bien différent si Sochaux avait mené au score… Car quelques minutes plus tard (25ème), sur un coup franc de Nene, Thiago Motta profite d’une absence totale de marquage sur sa personne pour placer une tête décroisée imparable. Sochaux accuse le coup mais Boudebouz, juste avant la pause (42ème), oblige le portier parisien à s’allonger de tout son long pour repousser sa belle frappe. Pratiquement dans la foulée (44ème), Ménez donne un avantage certain à Paris en s’imposant dans els airs sur Carlao. Teddy Richert ne peut rien faire. 3-1.

Après la pause, c’est la catastrophe. Sochaux est plein de volonté mais dix minutes suffisent aux Parisiens à aggraver le score. Nene récupère du plat du pied un beau centre de Jallet et conforte son équipe (55ème). Le Brésilien va même s’offrir un doublé quelques minutes plus tard (60ème), gagnant son duel avec Richert avant de marquer dans le but vide. Offensivement, Sochaux reste créatif et volontaire à l’image d’un Boudebouz plein de fougue.

Dans les arrêts de jeu, Armand termine le festival et met fin au cauchemar défensif de Sochaux. Bien servi par Pastore, le latéral trompe Richert d’une frappe croisée à ras de terre.

Quel cauchemar pour les hommes d’Eric Hely. Courageux, ils ont pourtant montré une trop grande faiblesse défensive pour espérer résister à des Parisiens très réalistes. Sochaux est 19ème avec 33 points, à égalité avec le 17ème Brest et à un point du 15ème Caen. Prochain match le 29 avril contre Bordeaux.

QuentinBuchberger