Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Gouffre de Jardel: «Ni danger d’explosion, ni danger de pollution»

©document sécurité civile - cliquez sur l'image pour agrandir
©document sécurité civile - cliquez sur l'image pour agrandir
Un des obus récupéré dans le gouffre ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
A la suite d’une mission d’exploration du gouffre de Jardel près de Pontarlier en automne 2010, les autorités affirment que les 3000 tonnes d’obus entreposées depuis 1923 ne représentent aucun danger et ne peuvent être à l’origine de la pollution de la Loue.

Publicité

Comme les autres explorations menées en 1987, 1995, 2005, celles de 2010 apportent, selon le préfet de région, « une réponse claire ». « Il n’y a ni danger d’explosion, ni danger de pollution », a affirmé Christian Decharrière lors d’une conférence de presse ce samedi matin à la sous-préfecture de Pontarlier.
Le gouffre de Jardel situé à une dizaine de kilomètres de la capitale du haut Doubs est régulièrement soupçonné, avec ses 3000 tonnes d’obus, d’être à l’origine en tout ou partie de la pollution de la Loue. En effet, ce gouffre utilisé à la fin de la Première guerre pour éliminer les armements devenus inutiles est traversé par la plus petite des deux sources de cette rivière qui a enregistré au printemps 2010 un fort taux de mortalité de poissons.
« Tous les prélèvements d’eau et de sédiments effectués en amont, au milieu du tas d’obus et en aval pour détecter la présence d’acide picrique contenue dans les obus prouvent que les choses sont limpides. Les résultats sont satisfaisants et rassurants », a insisté le préfet en présence de tous les spécialistes qui ont participé à l’état des lieux (spéléologues, hydrogéologue, démineurs de la Sécurité civile, élus…).
Selon l’Agence régionale de santé, « il n’y a à ce jour aucune libération d’acide picrique par le stock d’obus entreposés dans le gouffre de Jardel, qui reste donc sans impact sanitaire ».
Ce sont des armes conventionnelles sans caractère toxique ou chimique qui ont été déversées au fond du gouffre après la guerre. Selon les spécialistes, l’humidité ambiante et le milieu calcaire non corrosif protègent même les munitions. « A tel point qu’on voit encore les traits de tournage sur les obus », a précisé un démineur. Il a également été précisé que seulement 3% des eaux de la Loue sont en contact avec le tas d’obus.
Malgré tout, le préfet a annoncé une nouvelle mission de contrôle en septembre « pour mieux évaluer la profondeur et avoir une connaissance plus fine du volume » estimé aujourd’hui à 1500 m3 pour 3000 tonnes de munitions. « Cela fait 90 ans qu’elles sont là. S’il y avait eu pollution on le verrait. Nous faisons le constat d’une stabilité qui va durer », a conclu Christian Decharrière ne considérant pas forcément comme une bonne solution de vider le gouffre comme il en est parfois question.
« L’humidité contribue à la stabilisation », a-t-il confirmé en espérant que « ces éléments suffisamment étayés » contribueront à répondre aux inquiétudes de la population et à faire taire les rumeurs alarmistes sans cesse réactivées autour du gouffre de Jardel.
redaction

Votre météo avec

Evénements de DOUBS

Ven, 9 Décembre 2016 0h00 - Sam, 10 Décembre 2016 0h00
Espace Victor Hugo - la Chiffogne - Montbéliard - Montbéliard
Ven, 9 Décembre 2016 21h30 - Sam, 10 Décembre 2016 2h00
ESPACE COMMERCIAL (PIREY) - Pirey
Sam, 10 Décembre 2016 9h30 - 12h00
DELUZ Grande rue) - Deluz