Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Grève à la SNCF : d'importantes perturbations prévues le 11 juin

- cliquez sur l'image pour agrandir

D’importantes perturbations sont à prévoir pour la journée du mercredi 11 juin 2014.
SNCF recommande à toutes les personnes qui en ont la possibilité de reporter leurs déplacements. La CGT et SUD-Rail organisent une grève dans le but de modifier le projet de loi de réforme du système ferroviaire, présenté au Parlement le mardi 17 juin 2014. Un préavis de grève reconductible par période de 24 heures a été déposé à partir du mardi 10 juin 2014,19 heures. 

Publicité

Sur les grandes lignes en Bourgogne Franche-Comté

  • Axe Paris-Dijon : 60% des circulations seront assurées
  • Axe Paris-Besançon : 50% des circulations seront assurées
  • Axe Paris-Chalon : 50% des circulations seront assurées
  • Axe Paris-Lausanne : 75% des circulations seront assurées
  • Axe Paris-Zurich-Interlaken : 70% des circulations seront assurées Axe Paris-Mulhouse-Fribourg : 40% des circulations seront assurées
  • Axe Mulhouse-Marne La Vallée-Roissy-Aéroport CDG-Lille : Aucune circulation ne sera assurée Axe Francfort-Strasbourg-Marseille : 25% des circulations seront assurées
  • Axe Metz-Marseille-Nice : 25% des circulations seront assurées.

Sur les lignes intercités en Bourgognes Franche-Comté

  • Axe Paris-Nevers : 30% des circulations seront assurées
  • Axe Paris-Vesoul-Belfort : 30% des circulations seront assurées Aucune circulation de trains Intercités de nuit 

Sur les grandes lignes

  • TGV : 1 TGV sur 2 sur les axes Nord et Est et 1TGV sur 3 sur les axes atlantique, Sud-Est et province-Province.
  • OUIGO : Service normal
  • Eurostar : Service normal
  • Thalys : 3 trains sur 4
  • Lyria et trains vers l'Allemagne, le Luxembourg, l'Italie : 2 trains sur 3

Sur les lignes intercités

  • Trains de jour : 3 sur 10 en moyenne
  • Trains de nuit : aucune circulation

Un important dispositif d'information est mis en place par la SNCF

400.000 tracts INFO TRAFIC sont distribués aux clients dans les gares d’Île-de-France. 600.000 alertes sont envoyées aux possesseurs de l’appli Transilien.
170.000 emails sont adressés aux clients abonnés Transilien.
Plus d’1 million de SMS sont adressés aux clients TER.

500 volontaires de l’information seront présents tous les jours dans les gares, pour aider, informer et orienter les voyageurs. En Île-de-France, 260 volontaires supplémentaires seront mobilisés. 

Une grève bien suivie

La grève nationale dans les chemins de fer, qui a débuté mardi soir en protestation contre la réforme ferroviaire, s'annonce "importante" de l'avis de la direction de la SNCF et des quatre syndicats qui ont appelé au mouvement, reconductible par période de 24 heures.

Dès 19H00 mardi 10 juin 2014, le site de la SNCF signalait par un bandeau mobile : "Mercredi, circulation très perturbée".

"Le nombre de grévistes sera important, notamment chez les contrôleurs et conducteurs", où 55% des salariés se sont déclarés prêts à faire grève, a prévenu le directeur des ressources humaines du groupe SNCF, François Nogué.

La CGT et Sud-Rail, premier et troisième syndicat dans l'entreprise, rejoints par FO et First, ont appelé à ce mouvement pour obtenir une modification du projet de réforme ferroviaire qui doit être examiné à l'Assemblée nationale les 17, 18 et 19 juin 2014.Destiné à stabiliser la dette du secteur ferroviaire et à préparer son ouverture totale à la concurrence, ce projet prévoit de regrouper la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau.

La grève est reconductible par période de 24 heures, la poursuite ou non du mouvement devant être votée lors d'assemblées générales. "Ce sont les cheminots qui décident", a assuré le secrétaire général de la CGT Cheminots, Gilbert Garrel, au cours d'une conférence de presse avec Sud-Rail."En l'état actuel, le texte ne convient pas", a ajouté Thierry Niel (CGT). "Il faut que le gouvernement annonce un report ou une substitution du texte".

Pour les syndicats, le projet ne règle en rien le problème de l'endettement et ne va pas assez loin dans la réunification des deux entreprises, séparées en 1997. "Cette réforme ne vise qu'à répondre aux exigences de la libre concurrence et absolument pas à les réunifier", selon Nathalie Bonnet (Sud-Rail).

La réforme est "indispensable" et vise à "sauver le rail", a plaidé le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier, disant "regretter" la grève. "Nous sommes à des niveaux de dette de plus de 40 milliards et si rien n'est fait, en 2025 nous serons à 80 milliards de dette", a-t-il estimé.

Réuni dans une plate-forme revendicative avec la CGT et Sud, l'Unsa, deuxième syndicat, a préféré ne pas s'associer à la grève dans l'attente de rencontrer jeudi M. Cuvillier. L'Unsa a néanmoins déposé un préavis pour le 17 juin 2014.

Le secrétaire d'Etat recevra à part la CFDT-Cheminots. Pour ce syndicat, la CGT et Sud "mentent aux cheminots quand ils disent que leur statut est remis en cause" avec le projet et ne rien faire "serait pire que tout".

Alexane

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Orchestre Victor Hugo Franche-Comté ©The Glint
Mar, 11 Avril 2017 20h00 - 22h00
THEÂTRE LEDOUX (rue mégevand) - Besançon