Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Grève: Françoise Branget défend le service d’accueil à l’école

Françoise Branget, députée UMP ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
La députée UMP de Besançon estime que le service minimum d’accueil dans les écoles maternelles et primaires doit être évalué mais qu’il correspond à une demande des familles et à un engagement de Nicolas Sarkozy.

Publicité

Elle s’explique dans un communiqué : « Que l’organisation du service minimum d’accueil à l’école en cas de grève des enseignants crée des difficultés pratiques, personne ne peut en disconvenir. Le texte de loi prévoit d’ailleurs dans son article 14 une évaluation du dispositif sous la forme d’un rapport parlementaire avant le premier septembre 2009. L’adoption de la loi intervient d’ailleurs après une phase d’expérimentation lors des grèves du 24 janvier et du 15 mai dernier qui a déjà permis d’ améliorer le service initialement prévu.
Si l’instauration d’un droit d’accueil des élèves en cas de grève des enseignants reprend dans sa philosophie un engagement de campagne du Président de la République, il répond surtout à la demande instante de nombreuses familles qui se trouvent dans le désarroi et réinstaure véritablement un principe républicain d égalité, en offrant le même service sur tout le territoire.
La loi, prévoit les compensations financières pour les  communes. Ainsi l’État remboursera 110 euros par groupe de 1 à 15 élèves accueillis pour 6 heures c'est-à-dire plus de 18 euros par heure : les volontaires y trouveront un intérêt économique. En outre L’Etat  encadre la responsabilité des maires et garantit la sécurité notamment en cas d’accident.
De nombreuses communes parviennent à se conformer au texte de la loi et accueillent bien volontiers les enfants. Le refus catégorique ou le peu de volonté affichée par certains maires traduisent l’expression d’une simple idéologie. Ces élus trahissent les principes de la démocratie en refusant d’appliquer la loi. Au regard de l’exemplarité qu’ils représentent cette attitude de refus systématique offre une bien piètre image de l’autorité.
Garantissant le droit de grève pour les enseignants, l’ambition primordiale du texte exprimée dans son article troisième est de favoriser la prévention des conflits. En privilégiant le dialogue et la concertation l’on fait mieux évoluer les choses, qu’en brandissant des banderoles et en hurlant des slogans ».
 
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille