Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Hommage au caporal Peugeot et au sous-lieutenant Mayer, les deux premiers morts de la Grande Guerre

Le caporal Peugeot avait 21 ans lorsqu'il a été tué. Originaire d'Étupes, il était instituteur au Pissoux (Villers-le-Lac) © - cliquez sur l'image pour agrandir
guerre 14-18

Un hommage franco-allemand a été rendu ce samedi 2 août 2014 près de Belfort aux deux premiers morts de la Grande Guerre, dans le village où ces soldats français et allemand se sont entretués lors d'une escarmouche à la veille du début officiel du conflit entre les deux pays. 

Publicité

Cent ans après, de la terre provenant des sépultures de ces deux hommes a été déposée symboliquement devant le mémorial du caporal français Jules-André Peugeot à Joncherey  dans le Territoire de Belfort, en présence de membres de sa famille et de celle du sous-lieutenant allemand Albert Mayer. 

Le 2 août 1914, l'officier allemand à la tête d'une patrouille de six cavaliers avait fait une incursion de reconnaissance en territoire français, tombant nez à nez avec des soldats français d'un poste de surveillance. Peugeot et Mayer avaient alors échangé des coups de feu. Le premier avait été mortellement touché, tandis que le second, également atteint, avait poursuivi sa chevauchée avant de tomber sous les balles d'autres Français. 

Des figurants en tenue militaire d'époque ont rejoué samedi cette fusillade sous un ciel ensoleillé, devant quelque 200 personnes réunies pour cette commémoration se voulant un symbole de la réconciliation entre les deux pays. 

Un hommage franco-allemand

Un hommage au caporal Peugeot est organisé tous les ans à Joncherey, mais c'est la première fois qu'il prenait cette dimension franco-allemande. Une délégation de la ville de Magdebourg, d'où est originaire la famille d'Albert Mayer, et une vingtaine de membres de la famille du soldat allemand avaient fait le déplacement pour l'occasion, selon les organisateurs.Le sénateur MRC du Territoire de Belfort Jean-Pierre Chevènement était également présent. 

"l'incident n'aurait pas du se produire…"

Cent ans après, les raisons pour lesquelles cette patrouille allemande s'est aventurée en territoire français restent floues. L'Allemagne ne devait en effet déclarer la guerre à la France que le lendemain, le 3 août 1914."C'est un incident qui n'aurait pas dû se produire, c'est important de le raconter aux nouvelles générations", a expliqué Gilles Maire, lieutenant-colonel en retraite et organisateur des cérémonies de commémoration avec la commune de Joncherey. 

Damien
©france 3 Champagne

Votre météo avec

Evénements de joncherey