Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

L’état-major de la 7e brigade blindée en partance pour l'Afghanistan

Le général Soriano dirigera l'opération PAMIR en Afghanistan © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
Le général Soriano (au centre) et une partie des hommes de l'état-major de la 7e brigade blindée qui partiront début novembre en Afghanistan © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
Lever des couleurs lors de la prise d'armes du 26 octobre 2012, quartier Ruty à Besançon © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
Prise d'armes du 26 octobre 2012, quartier Ruty à Besançon © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
La 7e brigade blindée est installée à Besançon depuis 1961 © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
Le général Soriano (à gauche) lisant l'ordre du jour lors de la prise d'armes de la 7e brigade blindée le 26 octobre 2012, quartier Ruty à Besançon © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
Prise d'armes du 26 octobre 2012, quartier Ruty à Besançon © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
Passage en revue par le général Soriano lors de la prise d'armes du 26 octobre 2012, quartier Ruty à Besançon © miss dom - cliquez sur l'image pour agrandir
Armée

Quarante militaires de l’état-major de la 7e brigade blindée, installée depuis 1961 à Besançon, partent, à compter du 9 novembre prochain, en Afghanistan où ils assureront, sous les ordres du général Soriano, le désengagement des personnels et des matériels français en Afghanistan, assistés d’autres régiments de la région. En tout près de 500 Francs-Comtois (dont près de 250 Bisontins) participent à cette opération dont on ignore à ce jour la durée.

Publicité

"Dans quelques jours, vous allez rejoindre l’Afghanistan sous les ordres du colonel Rondeau pour une mission difficile, en accueillant dans vos rangs d’autres nombreuses personnes de l’armée de Terre. Vous retrouverez là-bas d’autres Centaures de la 7e brigade blindée, notamment ceux du 35e régiment d’infanterie de Belfort, qui armeront avec d’autres régiments de la brigade le bataillon Aquitaine. Cette cohérence de brigade donne tout son sens et toute sa force à l’entraînement et la préparation que nous avons débutés ensemble dès le mois de mars. Et moi, à votre tête, j’aurai plaisir à vous retrouver sur ce théâtre d’opération dans quelques semaines."

C’est en ces termes que le général Soriano, commandant la 7e brigade blindée, s’est adressé, dans son ordre du jour ce vendredi 26 octobre 2012 au quartier Ruty à Besançon, à la quarantaine d’officiers, sous-officiers, caporaux-chefs et caporaux de l’état-major de la force PAMIR, en partance dans les prochains jours pour l’Afghanistan.

Un peu moins de 500 Francs-Comtois

"On s’est longuement et durement préparés. Maintenant, il s’agit de mettre en application  sur ce théâtre d’opérations notre savoir-faire, tout en ayant le souci de la protection de nos frontières", explique le général Soriano.  

Outre les 40 militaires bisontins de l’état-major de la 7e brigade blindée, plusieurs régiments francs-comtois participent à cette opération qui assurera le désengagement des personnels et des matériels français en Afghanistan : le 19e régiment du génie de Besançon, le 6e régiment du matériel de Besançon, le 35e régiment d’infanterie de Belfort et le 1er régiment d’artillerie de Bourogne. Soit un peu moins de 500 hommes et femmes, dont un peu moins de 250 Bisontins.

Tous les Francs-Comtois seront basés au camp de Warehouse, quartier général tactique de la Force internationale d'assistance et de sécurité de Kaboul en Afghanistan, situé à l’est de cette ville. 

Une opération en trois volets

Au volet "désengagement des personnels et des matériels français en Afghanistan", s’ajoutent pour les militaires francs-comtois un volet "formation de l’armée afghane" et  un autre au profit des forces alliées consistant à protéger ce qui va rester après le désengagement : l’hôpital militaire, pour l’Otan et la population locale, et l’aéroport à Kaboul.

"On part, mais on ne sait pas pour combien de temps, précise le général Soriano. Tant qu’on aura besoin de nous là-bas, on restera ; quand on n'aura plus besoin de nous, on rentrera. Si ça se passe bien, on peut rentrer dans 4, 5 ou 6 mois. Sinon, on restera plus longtemps."

miss.dom

Votre météo avec

Evénements de Besançon

Jeu, 14 Décembre 2017h
3 avenue des Montboucons - Besançon
Mathieu SLOL
Jeu, 14 Décembre 2017 18h30
Maison de l'environnement de Franche-comté - Besançon
Jeu, 14 Décembre 2017 20h00
SALLE BATTANT 48 rue Battant - 25000 Besançon - Besançon
Jeu, 14 Décembre 2017 20h30
HABITAT JEUNES LES OISEAUX - Besançon
Ven, 8 Décembre 2017 0h00 - Ven, 15 Décembre 2017 0h00
19 rue Alain Savary, Besançon TEMIS - Besançon