Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

La justice décide de juger l'ex-animateur vedette de la télé Suisse à huis clos

Publicité

Le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse a décidé mercredi, à la demande des avocats des victimes, de juger l'ex-animateur vedette de la Télévision suisse romande (TSR) Patrick Allenbach, à huis clos, celui-ci comparaissant pour des agressions sexuelles sur des jeunes garçons mineurs.

Alors que débutait l'audience mercredi en fin d'après-midi, devant une salle quasi comble, avec de nombreux journalistes, un des avocats des parties civiles, Me Jean-Pierre Benoist a demandé le huis clos, en raison de la "souffrance" des victimes.

Le procureur a de son côté émis des "réserves" sur le huis clos, estimant que M. Allenbach, étant aujourd'hui conseiller municipal à Sergy (Ain), était une personnalité publique notamment. Mais il s'en est aussi remis à la souveraineté du tribunal, qui après une délibération de quelques secondes, a opté pour le huis clos.

M. Allenbach, vêtu de noir, s'est présenté à la barre et n'a fait aucune déclaration à la presse avant l'audience. Il encourt une peine maximale de dix ans de prison, et comparaît face à trois victimes, deux autres cas étant atteints par la prescription.

Il est toujours très connu en Suisse par les quadra et les quinquagénaires, notamment pour son émission "Rock et belles oreilles" durant les années 1980. Il avait alors profité de son aura pour s'entourer de nombreux adolescents et les inviter à son domicile, décrit comme une "caverne d'Ali Baba pour adolescents".

La justice lui reproche des attouchements et des fellations sur des adolescents, durant la fin des années 1980 et les années 1990.  "Patrick Allenbach n'est ni dans le déni, ni dans le clivage, il veut  assumer ce qu'il a fait et il ne veut pas que les victimes passent pour des menteurs", avait déclaré mardi son avocat Me Georges Rimondi.

Damien