Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

L'autoroute A36, ses millions de voyageurs et ses petites histoires...

©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
En deux mois, deux millions d’automobilistes et de routiers ont fréquenté l’autoroute A36. Un véritable boulevard soumis à une étroite surveillance.

Publicité

Quel est l'endroit le plus fréquenté en été en Franche-Comté ? La Citadelle de Besançon? Bien sûr que non, c'est l'autoroute. La fameuse A36 qui traverse la région du nord au sud et inversement, passage obligé pour les étrangers du nord et de l'est de l'Europe. « On est sur un boulevard, notamment dans la partie entre Belfort et Montbéliard. L'Aire urbaine est traversée dans les deux sens par 35 à 45 000 véhicules par jour y compris les camions », relève Dominique Bérot, responsable sécurité trafic chez APRR (Autoroutes Paris Rhin-Rhône).
 
Sur le reste du réseau régional, la fréquentation est moindre. Il y a environ 30 000 véhicules par jour vers Mulhouse et 30 000 vers Besançon. La moitié de ce trafic est pendulaire (aller-retour dans la journée) et l'autre moitié relève du transit.
 
Contrairement à une idée largement répandue, l'A36 n'est pas plus fréquentée en été. « Les vacanciers remplacent les gens qui vont au travail », précise le responsable d'APRR. Et d'une année sur l'autre, «on est dans les mêmes eaux », commente-t-il. Le taux de fréquentation des autoroutes est un bon thermomètre pour mesurer la situation économique. Il y a eu un gros impact de la crise en 2009 et depuis « la remontée du nombre de passages est lente ».
 
Il n'y a pas eu de rush cet été, même si le nombre de camions est plus important que l'année passée, signe que la reprise est là. Deux gros bouchons ont affecté la circulation, l'un de neuf km, l'autre de sept km. Ils ont été la conséquence d'une longue période de chantier (travaux d'enrobés) entre Baume-les-Dames et le péage de Saint-Maurice. «Sinon, l'été s'est passé sans souci et sans fait notoire », explique Dominique Bérot, responsable de 700 km sur les 1820 km que compte APRR.
 
« Depuis l'énorme pression exercée par l'Etat sur la vitesse, il y a eu un effet très fort sur l'accidentologie avec une baisse de 20 à 25% des accidents corporels. Et ça diminue encore », relève-t-il avec satisfaction en précisant qu'en trois ans le nombre de morts a diminué de 50% sur le réseau d'APRR. L’autoroute est six fois plus sûr que le réseau secondaire. Un constat qui s'explique notamment par l'existence de deux flux bien séparés qui évitent les chocs frontaux.
 
« Le bilan positif n'est pas seulement dû à la répression, les efforts complémentaires d'APRR en terme de sécurité y contribuent. Nous avons un plan d'investissement de 100 à 200000€ par an pour améliorer les systèmes de retenues », complète Dominique Bérot.

 

Il oublie ses valises sur la bande d'arrêt d'urgence

Le monsieur avait besoin de sortir quelque chose de son coffre. Il s'arrête donc sur la bande d'arrêt d'urgence et ouvre l'arrière de son véhicule. Il dégage deux valises pour atteindre l'objet recherché. Une fois l'opération terminée, il referme le coffre et repart en laissant les deux valises parterre... Il s'en est rendu compte quelques kilomètres plus loin. Prévenu, un patrouilleur a récupéré les valises à temps. Par chance, elles n'ont été ni écrasées, ni volées...

 

En panne d'essence, il prend son vélo...

Tombé en passe sèche sur l'autoroute, un automobiliste qui avait son vélo accroché à la voiture n'a rien trouvé de mieux pour remplir son jerrycan que de rejoindre la station d'essence avec à sa bicyclette et qui plus est à contresens... Inutile de préciser qu'il n'est pas reparti de la station avec son vélo ! Les patrouilleurs alertés par des usagers l'avaient à l'oeil.

 

Elle oublie son petit chien

Excellente idée que de faire la sieste sur une aire d'autoroute. La petite dame était fatiguée et elle ne s'en est pas privée. Voulant faire un petit courant d'air, elle a ouvert les vitres du véhicule. Rien de mieux pour s'endormir dans la torpeur de l'été. La petite sieste a duré et le petit chien de compagnie de la dame, trouvant certainement le temps long, a décidé de prendre l'air sans que sa maîtresse ne s'en aperçoive.

Cette dernière, remise d'aplomb après son somme, a repris la route sans vérifier si son animal était encore à sa place. C'est seulement une centaine de kilomètres plus loin qu'elle s'est rendue compte qu'elle était seule dans la voiture. Par chance, un patrouilleur, prévenu, a retrouvé la bête.

 

Les lunettes n'ont pas résisté

On ne sait pas pourquoi ce monsieur s'est arrêté juste avant un péage un peu à l'écart du flux d'automobiles. En tout cas, il a posé ses lunettes sur le toit du véhicule le temps de farfouiller dans l'habitacle à la recherche de quelque chose. Sans même reprendre ses lunettes, il est reparti. Handicapé par l'absence de ses binocles, il a vite réalisé qu'elles devaient être tombées de la voiture. Les patrouilleurs n'ont rien pu faire. Les lunettes du monsieur ont dû finir en mille morceaux sous les roues de centaines de camions et de voitures.

redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille