Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Le design des 30 Glorieuses s'expose à Belfort : "L'un des plus grands rendez-vous européens sur le thème du design vintage"

©LM - cliquez sur l'image pour agrandir
Laurent Methot ©DR - cliquez sur l'image pour agrandir
Affiche de l'exposition créée par Laurent Methot ©LM - cliquez sur l'image pour agrandir
©Laurent Methot - cliquez sur l'image pour agrandir
©Laurent Methot - cliquez sur l'image pour agrandir
©Laurent Methot - cliquez sur l'image pour agrandir

Du 1er juillet au 2 octobre 2017, la ville de Belfort offrira une exposition ouverte au public comme jamais vue auparavant en Franche-Comté sur le thème du Design des 30 Glorieuses. La Tour 46 sera investie d'œuvres et de mobiliers design ainsi que la maison de Jean Prouvé, ouverte pour la première au public. Nous avons posé nos questions à Laurent Methot, commissaire de l'exposition, metteur en scène de l'événement et "vintage design dealer"… 

Publicité

maCommune.info : Pouvez-vous nous expliquer cet événement "Le design des 30 glorieuses" ? Quel est l'objectif de cet événement ?

Laurent Methot : "C'est l'exposition estivale de la ville de Belfort, l'événement culturel 2017 de la préfecture du Territoire avec 3 mois d'ouverture, cette exposition sera aussi au niveau national, comme au niveau européen, l'un des plus grands rendez-vous ayant comme thème le design vintage." 

mC : Pourquoi à Belfort ?

Laurent Methot : "Le thème culturel choisi par la ville de Belfort pour l'année 2017 est : art et industrie, ce qui est en vérité la définition du Design : l'art étant exception et l'industrie, la production." 

mC : Pourquoi mettre en valeur particulièrement le design des 30 glorieuses ?

Laurent Methot : "Le design nait de la fin des styles, au XIXe siècle, de chaque période de règne naissait un style. On peut dire que les premières pièces de design naissent au moment de l'émancipation de l'art, aux temps bénis des impressionnistes avec la production de mobilier en bois courbés de Thonet. Au début du XXe siècle il y aura le Bauhaus, l'Anthroposophie de Rudolf Steiner... mais cela reste élitiste et encore loin des productions de masse. C'est à ce moment-là que les premiers noms de designers vont marquer l'histoire : Breuer, Rietveld, Mies van der Rohe ... Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le besoin de reconstruction pour que le nom design prenne tout son sens et sa place dans la vie moderne qui commençait."

mC : Qu'est-ce qui sera exposé et où ?

Laurent Methot : "Seront exposés dans cet endroit magnifique qu'est la Tour 46, dans les fortifications de Vauban qui ceinturent la vieille ville de Belfort, les plus belles, les plus rarissimes, les plus populaires, les plus symboliques pièces de design ayant marqués ces 30 années, ces 30 glorieuses, ces 30 années de plein emploi ou la société de consommation a vu le jour."

mC : Sera-t-il possible de rencontrer des artistes ? Si oui, d'où viennent-ils et qui sont-ils ?

Laurent Methot : "Ils sont malheureusement pour la plupart tous morts, les dernières pièces exposées ayant été créées il y a plus de 40 ans. Mais des personnes très influentes dans le monde du design seront présentes le jour du vernissage comme la directrice des archives et des collections du Vitra Design Museum, le directeur de l'atelier Lounge Chair de Charles Eames de Vitra. Le plus grand collectionneur allemand, qui nous a prêté des pièces rarissimes ainsi que des prototypes qui seront donnés à la vue du public pour la première fois au monde." 

mC : Quels sont les rendez-vous à ne pas manquer selon vous, en tant qu'artiste, commissaire d'exposition et metteur en scène ?

Laurent Methot : "Il y aura bien sûr des moments et des événements autour de cette exposition durant les 3 mois d'exposition, mais nous communiquerons dessus ultérieurement. À quelques jours du vernissage, nous concentrons toute notre énergie à en faire un événement hors du commun. Toute la rue de l'ancien théâtre menant à la Tour 46 sera fermée à la circulation le jour du vernissage, le 1 juillet, elle sera donc piétonne. Les 35 places de parking de cette rue seront réservées aux personnes venant à l'exposition dans des véhicules anciens. Alors sortez vos plus belles voitures, motos, vélos et venez vivre le plus beau des voyages dans le temps ! Il y aura aussi à cette occasion une étape du tour à vélo vintage et devant l'entrée de la tour 46 stationnera un véhicule de l'ORTF. Le vernissage se poursuivra par une soirée privée où seules les personnes qui auront confirmé leur présence sur la page Facebook de l'événement ou munie d'un carton d'invitation pourront se rendre. Elle se déroulera dans un lieu exceptionnel de Belfort, surplombant le Lion et j'espère que vous aimez le son de Detroit ou de Memphis celui de la Motownou de la Stax, car vous aurez l'honneur d'avoir Mister Geraldo Pino aux platines !!!" 

mC : Y aura-t-il des objets, des œuvres à la vente ?

Laurent Methot : "95% des objets exposés viennent du stock d'Edenliving, seul stock de design vintage de Franche-Comté. Les pièces exposées à la Tour 46 de Belfort ne seront pas à vendre, mais les gens intéressés pourront les acquérir une fois l'exposition finie en se rendant dans mon showroom de Beaucourt, sachant aussi que certaines pièces proviennent de mes collections privées et le resteront, mais il y aura toujours moyen de satisfaire le plus grand nombre." 

mC : Quelles sont les pièces exposées susceptibles de motiver les gens à faire des kilomètres pour venir voir cette exposition ?

Laurent Methot : "L'exposition va s'ouvrir sur une maison de Jean Prouvé, qui sera montrée au public pour la première fois. C’est une cabane de sinistrés, plus connue sous le nom de 6 x 6. Elle fut installée dans le Territoire de Belfort juste après la guerre et a attendu plus de 70 ans pour connaitre son heure de gloire. Il y aura aussi un prototype de Panton Chair ayant servi en 1967 à la production de ce qui deviendra la chaise sans doute la plus marquante du XXe siècle, mais vous y verrez aussi de très nombreux fauteuils et chaises de Charles Eames, George Nelson, Joe Colombo, Raymond Loewy..." 

Infos +

  • Le Design des 30 Glorieuses
  • A partir du 1er juillet 2017
  • A Belfort
  • Plus d'infos pratiques ces prochaines semaines
Alexane

Préface du catalogue de l'exposition par Laurent Methot

Si la première partie du XX ème siècle avait été en noir et blanc, la seconde allait être celui de la polychromie. Le monde sortait de 2 guerres, meurtrit, détruit, il fallait reconstruire et vite. Redonner de l’envie, de la joie, du plaisir, c’était la nouvelle ligne de conduite, une révolution était en marche, le design était né. Cette nouvelle façon de concevoir la vie allait toucher tout notre environnement. Non seulement l’électricité allait changer notre façon de vivre, mais la musique, le cinéma, l’architecture, la mobilité et tous les objets du quotidien allaient bénéficier de cet engouement général. La société de consommation était née. les clients étaient plus jeunes, ils étaient devenus la cible. Ce changement commença en douceur, par des couleurs plutôt pastels dans les années 50 pour aboutir aux années oranges entre 1965 et 1975. Ils furent nombreux, les acteurs de cette production de masse. L’artisanat n’était plus la règle d’or, il fallait répondre à tout, tout de suite. A commencer par Jean Prouvé, qui pour subvenir aux besoins d’habitats des propriétaires dont la maison avait été bombardée durant la seconde guerre, conçu les cabanes de sinistrés afin de les reloger au plus vite.

Raymond Loewy, l’inventeur du design industriel, un Français parti aux Etats Unis, allait donner ces lettres de noblesse à la beauté. Non seulement il allait transformer les glacières en réfrigérateurs mais surtout donner une esthétique à l’utilitaire en laissant derrière lui la bible du design : “ La laideur se vend mal “ Ce fut le cas aussi de Charles Eames qui allait concevoir une chaise, coque en fibre de verre et polyester, qui allait être produite à des millions d’exemplaires et qui allait devenir quelques dizaines d’années plus tard, peut être le plus grand classique du design.

Dans les années 60, Verner Panton mettait au point la première chaise monobloc de l’histoire. D’abord en baydur laqué, cette chaise, au début des années 70 allait être injectée en plastique teinté dans la masse. Si le Bauhaus avait posé les bases de cette révolution stylistique, l’après guerre, les congés payés, les vacances au bord de mer, la nouvelle vague, le rock’n’roll, le pouvoir de la jeunesse, toutes ces nouvelles façons de vivre allaient donner un coup de vieux à tout notre environnement. Nous partions de rien et nous allions marcher sur la Lune. 30 ans avaient suffit pour en arriver là, les 30 Glorieuses, le plein emploi, les supermarchés, consommer était fun, tout le monde voulait une nouvelle voiture, la nouvelle yaourtière, le nouveau Teppaz, chacun faisait ce qu’il voulait, allait où il voulait, il en fallait pour tout le monde, toutes les utopies étaient bonnes à prendre.

Le choc pétrolier mis fin à cette ascension délirante, alors on inventa le mot rustique, histoire qu’il n’y ai pas d’ambiguïté. Nous étions allés au delà du délire, il était temps de redescendre sur terre.

Laurent Methot, 30 MAI 2017

Votre météo avec

Evénements de belfort

Temple Saint-Jean de Belfort
Ven, 21 Juillet 2017 21h00
Temple Saint-Jean - Belfort
Sam, 4 Novembre 2017 20h30
Maison du Peuple - Belfort - Belfort
Sam, 4 Novembre 2017 20h30
LA COMMANDERIE - Dole