Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Le Pacte, de Roger Donaldson

Nicolas cage - DR - cliquez sur l'image pour agrandir
** pourquoi pas

Avec un Nicolas Cage en petite forme, ce thriller bien ficelé en apparence devient assez vite ennuyant et prévisible.

Publicité

Le soir du viol de sa femme, un homme sans histoire se voit proposer une solution radicale par un inconnu : débarrasser le monde du violeur de sa douce contre un « service ». Après une longue (pour ne pas dire interminable) hésitation, Will Gerard (Nicolas Cage, absent) accepte finalement la proposition. Ce qui, ô surprise, va le mener tout droit dans la gueule du loup !

Si en apparence, Le Pacte a des allures de thriller bien mené, il n’en est rien. Beaucoup trop prévisible, le film sacrifie son suspense au profit de ses acteurs, tous plus éteints les uns que les autres. Nicolas Cage erre, hébété, le regard vide. Sa femme à l'écran (January Jones) qu’on a notamment pu voir dans la série Mad Men, a connu de meilleurs rôles. Celui ci est sans consistance et la cantonne trop longtemps à un rôle de poupée effrayée. Son personnage évolue si brutalement qu’elle en prend des allures de Cameron Diaz dans Charlie et ses drôles de dames. C’est dire à quel point c’est convaincant…

Dernier maillon de ce triangle infernal, Guy Pearce joue au méchant froid et maitrisé. Ce qui donne un résultat de méchant froid bien mal maîtrisé. La messe est dite.

Au milieu de ce marasme kitsch et sans âme, l’intrigue suit son court, tranquillement. De rebondissements en rebondissements, de cascades en bagarres, de répliques entendues en répliques moralisatrices. On applaudira avec fracas la bravoure tardive du héros.

Pourtant, l’ennui ne nous gagne jamais vraiment devant Le Pacte. Il est plaisant de voir à quel point le cinéma américain dans ce qu’il a de plus standard réussit tout de même à nous faire rester jusqu’à la fin du film. Rien que pour cette prouesse, le film de Roger Donaldson mérite le « pourquoi pas ». On est comme ça à Macommune.

Quentin Buchberger

Date de sortie : 4 janvier 2012

Titre original : Seeking Justice

Réalisation : Roger Donaldson

Scénario : Robert Tannen et Yuri Zeltser

Avec : Nicolas Cage, Guy Pearce, January Jones, Harold Perrineau, Jennyfer Carpenter

Durée : 1h45

Genre : Thriller

Photographie : David Tattersall

Musique : J. Peter Robinson

Budget : 30 000 000 $

Distributeur : SND

Du même réalisateur :Sables mortels (1992), La Mutante (1995), La Recrue (2003), Braquages à l’anglaise (2008)

 

Prochaine rubrique cinéma le samedi 14 janvier 2012

**** à voir absolument
***  à voir
** pourquoi pas
*   mieux vaut éviter

QuentinBuchberger