Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Le Racing, c’est fou !

En attirant 1209 spectateurs samedi soir à Léo-Lagrange, le Racing, qui a battu son dauphin, détient cette fois le record de France d'affluence au septième niveau. Photo Loïc Petitjean - cliquez sur l'image pour agrandir
Foot (LR2)
Leader de son groupe après sa victoire samedi (2-1) contre son dauphin Côteaux-de-Seille, le Racing a baigné dans une incroyable atmosphère en attirant 1209 spectateurs à Léo-Lagrange samedi soir. Fête totale, avec un record de France à la clé.

Publicité

Qu’est-ce qu’on aime le foot quand il est comme ça, plein de simplicité, de fraîcheur et d’enthousiasme. Samedi soir à Léo-Lagrange, certains ont longtemps dû rêver éveillés. Ce bon vieux Racing, décidément unique, a en effet repoussé les limites de l’entendement. Le temps d’une soirée, ce sommet de… LR2 s’est transformé en un spectacle époustouflant. On a pu en témoigner en écoutant ce fidèle du club confesser. " Pour moi, il y a eu BRC - OM en 2009 et Racing - Côteaux-de-Seille… ".

Le club bisontin, mobilisé comme jamais pour officiellement établir le nouveau record de France d’affluence au septième niveau, a explosé la précédente marque, datant de 2007 avec Valence (800 spectateurs). Samedi soir, ils étaient très exactement 1209 à témoigner leur amour à ces couleurs rouges. Une exception made in Besançon, où tout avait été si bien pensé, notamment par Philippe Renard, responsable de l’événementiel. Samedi, ce n’était pas seulement un (beau) match de foot, disputé dans un état d’esprit remarquable et une ambiance bon-enfant, c’était surtout un véritable show, préfacé au micro du stade par les chansons de la petite Lilou Isabey (10 ans) et conclu par un superbe feu d’artifice. Carrément quoi.

Forcément promis à un très bel avenir

Un merveilleux exemple de vitalité, pour un club que certains, notamment à Besançon, pensaient rayé de la carte. Ceux-là ont amèrement compris. On ne lutte pas avec une telle âme, une telle histoire, matérialisée par les présences, sur la pelouse, des jeunes pousses du club… et des Anciens pros du RCFC, autour de leur président Jean-Pierre Roset. Tout cet élan extraordinaire aurait pu, c’est vrai, avoir une sérieuse contrepartie. Les jeunes protégés de François Bruard, qui comptaient heureusement sur la présence des expérimentés Michaël Isabey, Yohann Rangdet et Mickaël Pichot (ça aussi, en LR2...), ont d’abord semblé tétanisés par l’enjeu. Presque logique.

Côteaux-de-Seille, très loin d’usurper son actuelle place de dauphin, en avait ainsi profité pour ouvrir le score, sur un but de Pierre-Antoine Garino (0-1, 31e). Sacrée douche froide qui ne dura en réalité que huit minutes. Le temps pour Michaël Isabey de signer son premier but, depuis son retour à Besançon, sur un service en or de Mebrak (1-1, 39e). Une égalisation d’école, pour un immense rugissement à Léo-Lagrange.

Le plus dur avait été fait pour un Racing qui prenait logiquement l’avantage sur un but de Girod (2-1, 52e) et qui aurait même dû assez nettement se mettre à l’abri sans des parades, en face à face, de l’excellent Poulin. La symbolique était évidemment ailleurs. Pour la reprise du foot à Besançon, chacun s’est dit qu’avec cette équipe, ce club, la capitale franc-comtoise avait de légitimes espoirs de bientôt vibrer à nouveau pour le ballon rond.

Max_sports

Du même auteur

Votre météo avec

Evénements de Besançon

Mar, 12 Décembre 2017h
Librairie l'Autodidacte - Besancon
©Alexane Alfaro
Mer, 13 Décembre 2017h
FRAC Franche-Comté (Cité des Arts) - Besançon
W. Guillet
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
Maison de l'environnement de Franche-comté - Besançon
© d poirier
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
PLACE GRANVELLE - Besançon
Mer, 13 Décembre 2017 14h00
CRIJ FRANCHE-COMTÉ - Besançon