Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Le tunnel de Thoraise devient “Monsieur canal”... moyennant 995 000 euros

©miss.dom (Olivier Vadrot et Jeppe Hein devant l’un des rideaux d’eau du tunnel) - cliquez sur l'image pour agrandir
©miss.dom (jeu de lumières à l'intérieur du tunnel) - cliquez sur l'image pour agrandir
Ce 30 septembre 2008 a été inauguré “Monsieur canal”. Cette intervention artistique réhabilite le tunnel de Thoraise et a pour but de l’imposer comme haut lieu touristique de la région.

Publicité

C’est la concrétisation d’un rêve”, a déclaré Jeppe Hein. Cet artiste danois est l’auteur, avec l’architecte-designer bourguignon et professeur à l’école des Beaux-Arts de Besançon Olivier Vadrot, de l’intervention artistique dénommée “Monsieur Canal” (en hommage au nom d’origine de cette voie d’eau baptisée en 1784 “Canal Monsieur”) et destinée à mettre en valeur le tunnel fluvial de Thoraise dans le cadre d’une commande publique. “Nous avons voulu fabriquer quelque chose autour d’une oeuvre d’art, faire un geste généreux, proposer une intervention pour que le passant à pied ou en bateau soit accompagné et participe de cette oeuvre”, a-t-il précisé. “L’idée pour nous était de faire une oeuvre sociale en interaction avec les visiteurs du site qui sont les habitants de Thoraise, les usagers des bateaux ou les cyclistes qui viennent depuis Besançon”, a ajouté Olivier Vadrot.

Une oeuvre cinétique et lumineuse
Deux années d’études, ponctuées de nombreuses visites sur le site, ont abouti à une oeuvre en deux volets. Le premier, concernant le tunnel lui même, est présenté comme “une expérience sensorielle, esthétique et visuelle liée à la traversée du paysage”. Transformé en un espace clos par la présence d’une chute d’eau à chacune de ses extrémités, le tunnel est mis en mouvement et en lumière par deux faisceaux lumineux. Partant de deux points opposés, ceux-ci sont “amenés à se croiser au milieu du parcours, et changent de côté pour marquer le volume du tunnel - volume annulé en son centre par la mise en abîme opérée par deux miroirs parallèles, ayant pour effet de fabriquer un motif dynamique, celui d’une vague géante, reprenant d’une manière abstraite la thématique de la chute d’eau”.
Second volet, cette oeuvre d’art cinétique et lumineuse sera complétée, d’ici à la fin de l’année, de 80 éléments de mobilier (bancs, tables, panneaux d’information, luminaires, poubelles, terrain de boule) déclinant des combinaisons de cubes évidés et colorés “qui forment un motif, sorte de pixellisation du paysage”. Invitation aux visiteurs de passer quelques heures sur le site et de l’investir.

Un coût de 995 000 euros
Cette réalisation d’un montant flirtant avec le million d’euros (financée par VNF, l’Etat et la Région) s’inscrit dans le cadre du programme ATSR (Avenir du Territoire entre Saône et Rhin 2000/2006) mis en place après l’abandon du projet de canal à grand gabarit “Rhin-Rhône” en 1997 et la décision de tourner la vocation du canal du Rhône au Rhin vers la navigation de plaisance et le tourisme fluvial.
Fin 2002, VNF et le ministère de la Culture et de la Communication se sont engagés dans une réflexion de réhabilitation pilote conjuguant démarche d’aménagement et démarche artistique de qualité à destination des usagers. De là est née cette commande publique concernant, outre le site de Thoraise, celui de Saint-Symphorien, point d’entrée du canal du Rhône au Rhin depuis la Saône. Y sont prévus nouvelle cabine d’écluse, aménagement paysager, réflexion sur la cale de radoub, équipements divers (éclairage, signalétique, etc.). Conduit par une autre équipe constituée d’un artiste/architecte et de paysagistes, ce projet devrait coûter sensiblement la même somme que celui de Thoraise.

miss.dom