Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Les écologistes veulent arrêter le TGV Rhin-Rhône à Belfort

Pour lesécologistes, la grande vitesse ne se justifie pas entre Belfort et Mulhouse ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Dans une lettre ouverte aux présidents des trois régions, les présidents de groupe Europe Ecologie Les Verts  d’Alsace, de Bourgogne et de Franche-Comté considèrent la seconde phase de la branche-est comme « une véritable impasse financière » engagée au détriment du développement des trains régionaux.

Publicité

«Désengagement de partenaires (État, RFF, Suisse, Europe), gouffre financier (1,3 milliard d’€) : la seconde phase de la branche-est (ndlr : entre Petit-Croix et Mulhouse sur 35 km et Villers-les-Pots et Dijon sur 15 km) s’affirme aujourd’hui comme une véritable impasse financière, au vu des quelques dizaines de minutes qui pourraient être gagnées sur l’axe nord-sud », estime Europe Ecologie Les Verts.

A partir de ce constat, « les différents acteurs engagés doivent savoir aujourd’hui exprimer le choix politique et raisonnable de renoncer à la construction de la seconde phase de la branche-est.  Ce projet extrêmement coûteux n’est d’ailleurs pas nécessaire puisque le dimensionnement en gabarit TGV de l’infrastructure n’est que très peu utile dans ces zones courtes d’extrémités de branche, vouées à la décélération et à l’accélération ».

« Nous ne pouvons plus nous permettre de rester dans l’attente de réalisation de projets devenus, par bien des aspects, de plus en plus chimériques. Dans un contexte financier rendu incertain pour les Régions du fait du désengagement de l’État, nos collectivités ont intérêt à se recentrer sur leur mission première en matière de transports, à savoir : la gestion de nos Trains Express Régionaux (TER) », invitent les écologistes en rappelant que près de 80% des voyageurs effectuent des trajets de moins de 50 km depuis leur domicile !

Parmi les pistes évoquées pour utiliser l’argent autrement, les écologistes évoquent la réouverture de la ligne Bollwiller-Guebwiller, la modernisation de la ligne Mulhouse Paris par Troyes et une optimisation de l’existant.

« Nous devons collectivement tourner la page et savoir rester dans les politiques du raisonnable. Cela vaut pour le dossier branche-est seconde phase, la branche-ouest et la Branche Sud. Saisissons cette situation comme une opportunité pour unir nos forces sur de nouveaux projets en renforçant d’une manière plus concrète, plus directe,  notre politique d’investissement en matière de transports ferroviaires ». La lettre ouverte est signé par l’Alsacien Jacques Fernique, le Bourguignon Philippe Hervieu et le Franc-Comtois Marc Borneck, qui, faut-il le rappeler ; fait partie de la majorité PS-Verts du conseil régional de Franche-Comté dont la présidente défend bec et ongles la seconde phase de la branche-est.

Une réunion du comité de pilotage chargé de trouver son financement (1,3 milliard d’euros) aura lieu à Besançon le 11 juillet, alors que l’Etat, par le biais de Claude Liebermann, a fait savoir qu’il n’avait plus d’argent…

 

redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille