Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Mais qu’est-ce qui ne va pas à Pôle emploi ?

©sénat - cliquez sur l'image pour agrandir
©sénat - cliquez sur l'image pour agrandir
©senat - cliquez sur l'image pour agrandir
Deux ans après la création de Pôle emploi, le Sénat a constitué une mission commune d’information présidé par le sénateur et président du conseil général du Doubs, Claude Jeannerot. Son but : évaluer son fonctionnement et formuler des recommandations. Et les conclusions rendues hier ne sont pas tendres. En 2009, l’objectif fixé était que chaque conseiller suive 60 demandeurs d’emploi. Le portefeuille moyen est aujourd’hui de 150 chômeurs.

Publicité

Une réforme nécessaire, une dynamique de progrès à amplifier ". Sous cette belle formule de politesse se cache un rapport beaucoup plus nuancé et sévère. Les travaux de la commission ont duré cinq mois avec pas moins de 5 déplacements,  26 auditions et 82 personnes entendues.

Commençons par le positif.  En résumé : « La fusion de l’ANPE et des Assedic a été une réforme utile afin de simplifier les démarches des demandeurs d’emploi, en particulier au moment de l’inscription, elle a favorisé un traitement plus égalitaire des chômeurs ».

Si la création de Pôle Emploi il y a deux ans a été marquée par une hausse brutale du nombre de demandeurs d’emploi, des « erreurs » ont été commises. Le rapport parle d’un projet de « métier unique » irréaliste et de la mise ne place trop tardive du système informatique commun. « Dans ces conditions, il n’est guère surprenant que Pôle emploi ait pu donner l’image, pendant ses deux premières années, d’une institution désorganisée et inefficace ».

Alors que le Gouvernement et les partenaires sociaux négocient sa nouvelle « feuille de route », la mission invite Pôle emploi à passer d’une culture du « chiffre » à une culture de la performance et d’un management trop rigide et centralisé à une organisation qui laisse davantage d’initiative aux responsables locaux et aux conseillers. Voilà qui est dit.

 Quelles recommandations ?

 Voici en quelques lignes le résumé des préconisations de la mission :  

  Sur la qualité du servie auprès des demandeurs d’emploi

  •  Une  segmentation plus fine des demandeurs d’emploi afin de mieux différencier le suivi en fonction de la distance à l’emploi. En clair : allèger le dispositif pour les demandeurs d’emploi les plus autonome et le renforcer pour ceux qui en ont le plus besoin.
  •  Un redéploiement d’effectifs des fonctions support vers les missions d’accompagnement : des centaines de poste à la direction générale ou dans les directions régionales et territoriales pourraient être remis sur le terrain.
  •  Une augmentation ciblée des moyens de Pôle emploi afin de se rapprocher du ratio de 60  demandeurs d’emploi par conseiller avec un accompagnement renforcé aux jeunes, chefs de famille monoparentale, seniors, personnes handicapées, etc.
  •  Une augmentation des propositions de formation, clé du retour à l’emploi durable, et pas encore suffisamment intégrée dans le parcours des demandeurs d’emploi.

 Sur l’organisation même de Pole emploi

  •  Renforcer et institutionnaliser le dialogue entre l’État et l’Unedic avec l’instauration de véritables négociations budgétaires entre l’État et l’assurance chômage.
  • Élargir la composition du conseil d’administration avec des représentant de l’Unedic, des communes et des départements.
  •  Créer un véritable pilotage de Pôle emploi par la performance (instaurer un système de primes de résultats)
  • Conforter l’indépendance du médiateur de Pôle emploi  
  • Lutter contre les risques psychosociaux en créant un comité national d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail

 Sur le service aux entreprises

 La part de marché de Pôle emploi  dans la collecte des offres d’emploi de plus d’un mois  est de 40 % et a connu une érosion depuis la fusion. « Pour progresser, Pôle emploi doit renforce rson effort d’information en direction des PME et des TPE, qui connaissent souvent mal la gamme de services qu’il peut leur proposer ».

 

 

Damien