Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Modem: «Les nuages s’amoncellent sur la Franche-Comté»

© - cliquez sur l'image pour agrandir
Philippe Gonon, conseiller municipal de Besançon réagit dans un communiqué à l’éventualité de la fusion entre Bourgogne et Franche-Comté, idée émise par le comité Balladur chargé de la réforme des collectivités territoriales. L’élu du Modem réclame l’ouverture d’états généraux de l’avenir de la région dans le cadre d’une « mobilisation générale trans-partis».

Publicité

Le communiqué de Philippe Gonon : « L’article du Monde du 22.02.2009 relatif aux travaux du Comité Balladur, s’il confirme que toucher au millefeuille français est un sujet épineux, annonce également que les nuages s’amoncellent sur la Franche Comté et sur Besancon.
 
Quatres exemples très récents confirment l’avis de forte tempête :
 
Le plan de relance national a superbement ignoré notre  région, et notre unique ministre, a préféré jouer sa Haute Saône d’élection contre son futur terrain de campagne régionale. Le préfet de région a beau jouer la multiplication des « petits plans » (de relance), le compte n’y est pas. Et, nous faire croire, qu’il n’y a pas de projet en l’état de démarrer immédiatement, c’est prendre les Francs-Comtois pour des incapables parfaits. Combien de millions d’euros, les partenaires régionaux ont-ils du apporter pour le plan de rénovation de Planoise et des Clairs Soleils, l’ANRU ayant «oublié»  5 millions dans le cadre du PRU bisontin?
 
La Franche-Comté est la région de France qui a le plus souffert de la crise économique : baisse du PIB la plus forte de France (-2.4%) et plus forte hausse du chômage (+23%) : notre région industrielle va être touchée de plein fouet par la récession. A-t-on envisagé un plan de relance spécifiquement régional : nos élus sont étonnement muets sur le sujet.
 
Les projets de  « rapprochement », « coopération renforcée » ou « fusion » (quel terme utilisé ?) entre les deux universités de Bourgogne et de Franche-Comté suscite les pires inquiétudes quant à la pérennité de l’indispensable outil de recherche et de formation pour le développement économique de notre territoire : combien de centres de décision publics et privés sont partis à Dijon dans le cadre de ces fusions ( Caisse d’Epargne, Banque Populaire, Direction des télécoms…), la liste est longue.
 
La loi Scellier qui prévoit un certain nombre d’avantages fiscaux pour les investisseurs immobiliers classerait Besancon en zone C, détournant ipso facto des capitaux importants du secteur immobilier. Cette décision est grave de conséquences pour un secteur si important en termes d’emplois et qui déjà, souffre d’une conjoncture défavorable.
 
Alors, il est temps de mobiliser toutes les énergies : si l’évolution des cadres administratifs et des institutions est sans doute inéluctable à l’aune européenne et/ou mondiale, nous devons l’anticiper, la préparer, défendre nos points de vue avant que les décisions soient prises sans notre consentement ou sans que nous ayons eu le temps de présenter nos arguments.
 
Il ne faudra pas, post mortem, envoyer des courriers à tous nos ministres et présidents pour se plaindre du sort qui nous aura été réservée : plus d’université, plus de capitale, plus de centres de décisions, plus entreprises…
 
Cette mobilisation générale, trans-partis et trans-courants, peut prendre la forme d’états généraux de l’avenir de la région annonçant des choix clairs de répartition, de coopération, de rapprochement et qui se dote d’un comité permanent de veille chargé du suivi régional des réformes en cours et réunissant les forces vives de la région, toutes les forces vives de Franche Comté pour que nous écrivions nous-mêmes notre avenir ».
 
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille