Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Modem et Université : «Claude qui rit et Claude qui devrait pleurer»

Claude Condé aux côtés de son homologue de Dijon, Sophie Béjean. Selon le Modem, il n'y a pas de quoi applaudir ©archives carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Claude comme Claude Condé, président de l'Université de Franche-Comté... Selon Philippe Gonon du Modem, il n’y aurait pas de quoi se réjouir à la suite de l’attribution de la première partie des fonds du grand emprunt à l’Université de Franche-Comté. Il estime que dans le cadre du PRES (pôle de recherche et de l’enseignement supérieur) c’est surtout la Bourgogne qui tire son épingle du jeu avec l'obtention d'une somme neuf fois supérieure à la Franche-Comté.

Publicité

Le communiqué de Philippe Gonon, conseiller municipal Modem à Besançon :
« Le 16 novembre 2010, le président de l’Université de Franche Comté affirmait avoir des retours positifs des dossiers déposés dans le cadre du grand emprunt. Péremptoire, il continuait en ces termes “ ne me croyez pas bêtement optimiste”. (cf.maCommune.info)
Fallait-il vraiment le croire ? A voir l’embarras de la réponse du maire que j’interrogeais sur l’avenir de l’Université, dans la cadre du débat budgétaire qui a agité le conseil municipal de la capitale régionale le 20 janvier 2011, il apparaissait clairement  que l’optimisme n’était pas vraiment de mise partout. La réponse du maire  fut sibylline : on travaille.
Le verdict est tombé le 21 janvier 2011: l’Université de Franche Comté a touché 0,95 M€ , quand la Bourgogne en touchait 8,7 millions, l’Alsace 17 millions, Rhône Alpes 62 millions, l’Ile de France 134 millions.
Sur les 340 millions répartis le 21 janvier, la Franche Comté en a touché 0,28 % ou si vous préférez 9 fois moins que la Bourgogne, 18 fois moins que l’Alsace…
Encore faut-il préciser que l’essentiel de cette -manne extraordinaire-  a été obtenue parce que nous faisions partie d’une “plate-forme” de 15 laboratoire implantés dans 10 régions portant un projet unique qui s’appelle Robotex et entrant dans le cadre des sciences de l’informatique.
Sinon, rien. Ai-je tort ou ai-je raison de penser et de dire très haut que notre avenir, qui se joue en grande partie sur notre capacité d’enseignement, d’innovation et de transmission du savoir au plus haut niveau,  est gravement compromis et que le rapprochement avec la Bourgogne est un marché de dupes ?
Qu’en sera-t-il  quand le Président de l’Université de Franche Comté (ou ce qui en restera) se dira -intelligemment pessimiste-.
Décidément, ce PRES et cette université fédérale commencent curieusement leur existence commune. Il va falloir que les élus et les citoyens fassent entendre leur avis sur l’évolution de notre université.
Si l’évolution des structures est inévitable , notre voix doit être entendue  et écoutée dans le futur grand ensemble : quelles formations pour notre territoire, quelles orientations pour nos établissements, comment organiser les transferts vers nos entreprises....
Voilà le vrai enjeu du débat qui devra un jour ou l’autre se tenir ».
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille