Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Mort en garde à vue d’une crise cardiaque : le parquet classe l’affaire

Le 22 juin 2010, un homme de 77 ans est décédé dans la cellule de la gendarmerie d’Amancey après avoir été placé en garde à vue le matin même dans une affaire d’empoisonnement d’animaux. La famille ne compte pas en rester là…

Publicité

 Alain Saffar, le procureur de la République qui a classé l'affaire sans suite a déclaré qu'aucune "faute caractérisée" ne pouvait être retenue contre les gendarmes dans la mort de Joseph Petithuguenin en avouant toutefois qu’il  "aurait été prudent de ne pas le laisser sans surveillance" compte tenu de son âge, mais cette "absence de surveillance visuelle n'a pas causé directement le décès".
L’homme avait été retrouvé inanimé en début d'après-midi par les gendarmes qui l'avaient laissé seul près d'une heure apr_s la pause déjeuner. L’autopsie révèlera qu’il est mort d'un arrêt cardiaque lié au stress.Le septuagénaire avait été placé en garde à vue le matin même à 9h45 car il était soupçonné d'avoir empoisonné les daims d'un éleveur du secteur, ce que l’enquête na pas permis de prouver.

 La famille de la victime souhaite poursuivre en citation directe les gendarmes mis en cause dans cette affaire. Selon l’avocat, Me Randall Schwerdorffer, les gendarmes voulaient "obtenir des aveux sous la pression de la détention".

Damien

Votre météo avec

Evénements de amagney

Dim, 17 Décembre 2017 16h00
Amagney - Amagney