Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Moscovici revoit à la baisse sa prévision de croissance 2013

- cliquez sur l'image pour agrandir

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a revu samedi à la baisse sa prévision de croissance pour l'année en cours, estimant désormais que le produit intérieur brut du pays devrait évoluer entre -0,1% et +0,1%, tout en assurant que le pays était bien sorti de la récession. Eric Woerth, ancien ministre UMP du Budget, a ironisé samedi sur le ministre de l'Économie Pierre Moscovici, qui souffrirait d'"une légère insolation" pour avoir annoncé en même temps une révision à la baisse de la prévision de croissance et la fin de la récession.

Publicité

Le gouvernement tablait jusqu'à présent sur une modeste croissance de l'ordre de 0,1% de l'économie du pays, déjà unanimement jugée par les économistes comme largement insuffisante pour faire régresser le chômage.  En dépit de cette révision, le ministre, interrogé par le quotidien Nice Matin, estime que "l'économie française est sortie de la récession et qu'elle amorce une reprise qui doit être durable, de plus en plus forte et créatrice d'emplois (...)Ce qui est important, c'est que la tendance s'est inversée. Après deux trimestres de croissance négative, le dernier de 2012 et le premier de 2013, les deuxième et troisième trimestres 2013 renoueront avec une croissance positive", a-t-il pronostiqué, en notant que "tous les indicateurs s'amélioraient, à commencer par la production industrielle. J'ai toutes les raisons de penser que 2014 sera la première année de croissance véritable depuis trois ans", a-t-il assuré.

Hausse des prélèvements obligatoires autour des  0,3% en 2014

Pour autant, la stagnation de l'économie cette année complique encore davantage la préparation du budget de l'année prochaine. M. Moscovici a indiqué à Nice Matin que le budget 2014, qui sera révélé dans quelques semaines, prévoirait une hausse des prélèvements obligatoires équivalant à 0,3% du produit intérieur brut. "Nous devons réduire les déficits légués par la droite, mais le faire à un rythme qui ne contrarie pas la croissance. Nous le ferons d'abord, comme le recommande le Fonds monétaire international, par des économies sur les dépenses publiques et, ensuite, par une hausse limitée des prélèvements obligatoires, de 0,3% du PIB, toujours dans la justice sociale", a expliqué M. Moscovici.

Pierre Moscovici souffre "d'une légère insolation"

Interrogé par i>Télé, Eric Woerth, député de l'Oise a jugé "paradoxal" que Pierre Moscovici "n'annonce que des mauvaises nouvelles et en tire une conclusion que nous sommes sortis de la récession. Il annonce qu'il y a moins de croissance que prévu" et "plus de déficits" en 2013. "Ce sont plutôt de mauvaises nouvelles. J'ai l'impression que le ministre de l'Économie souffre d'une légère insolation", a-t-il ajouté.

L'ancien ministre a également affirmé que la promesse du président François Hollande d'inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année était "un tour de passe-passe. Il va y avoir beaucoup d'embauches, de contrats aidés, c'est-à-dire tout simplement de personnes embauchées sur fonds publics, qui accroissent la dette du pays et le déficit (...) C'est ça qui probablement fera en sorte que la courbe du chômage peut à un moment donné s'inverser. Mais très conjoncturellement", a-t-il dit.

Eric Woerth a également affirmé que "le matraquage fiscal (allait) continuer, pour la bonne raison qu'il n'y a pas de réformes structurelles qui permettent de vraiment baisser la dépense". 

Damien

Votre météo avec

Evénements de paris