Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Nelson Mandela est mort

©South Africa The Good News/http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nelson_Mandela-2008_(edit).jpg - cliquez sur l'image pour agrandir

"L’ex-président Nelson Mandela nous a quittés (…) il est maintenant en paix. La Nation a perdu son fils le plus illustre", a déclaré le président Zuma lors d’une intervention en direct. "Il s’est éteint en paix (…). Notre peuple perd un père", a-t-il ajouté avant d’annoncer que les drapeaux seraient mis en berne à partir de vendredi et jusqu’aux funérailles d’État dont il n’a pas annoncé la date.

Publicité

"Exprimons la profonde gratitude pour une vie vécue au service des gens de ce pays et de la cause de l’humanité", a-t-il enchaîné. "C’est un moment de profond chagrin (…) Nous t’aimerons toujours Madiba". "Comportons-nous avec la dignité et le respect que Madiba personnifiait", a ajouté M. Zuma, qui a utilisé le nom de clan du héros de la lutte contre l’apartheid, un nom utilisé familièrement par tous les Sud-Africains pour désigner leur idole.

"Une grande lumière s’est éteinte", a réagi le Premier ministre britannique David Cameron, alors que le président américain Barack Obama devait s’exprimer.

Nelson Mandela, qui fut le premier président noir de son pays de 1994 à 1998, a été hospitalisé du 8 juin au 1er septembre pour une rechute d’une infection pulmonaire et probablement d’autres complications. Il avait ensuite été ramené chez lui, dans sa maison de Johannesburg qui avait été équipée comme un hôpital.

De prisonnier politique à la présidence

Leader du combat des Noirs contre la ségrégation de l’apartheid, Nelson Mandela a passé 27 ans de sa vie en détention. Libéré en 1990, le plus célèbre prisonnier politique du monde devint quatre ans plus tard le premier président noir démocratiquement élu de son pays (1994-1999).

Il s’était retiré dès la fin de son mandat, pour se consacrer à la protection de l’enfance et à la lutte contre le sida, fléau de l’Afrique du Sud.

Le "long chemin vers la liberté" (titre d’une autobiographie parue en 1994) de Nelson Rolihlahla Mandela a commencé le 18 juillet 1918 dans le hameau de Mvezo, dans le bantoustan du Transkeï (aujourd’hui province de l’Eastern Cape, sud-est) où il naît au clan royal des Thembu, de l’ethnie xhosa.

"J’ai lutté contre la domination blanche et j’ai lutté contre la domination noire », avait-il dit pour résumer son long combat pour la liberté : « Mon idéal le plus cher a été celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie avec des chances égales. J’espère vivre assez longtemps pour l’atteindre. Mais si cela est nécessaire, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir".

Du bagne de Robben Island, au large du Cap, où il passera 18 ans, des prisons de Pollsmoor et de Victor Verster, Mandela inspire la révolte des townships (1976). C’est également en prison qu’il reçoit les approches secrètes du gouvernement blanc, prémices à des négociations avec l’ANC.

Libéré le 11 février 1990, le détenu 46664 (numéro qui symbolisera sa grande campagne contre le sida) réapparaît face aux caméras du monde au côté de sa deuxième épouse Winnie, dont il se séparera deux ans plus tard.

Triomphalement élu à l’issue des élections du 27 avril 1994, il affiche dès son discours d’investiture la mission qui allait guider sa présidence.

Convaincu que la société sud-africaine continuerait d’œuvrer à faire du pays un "miracle", il avait promis : "Lorsque j’entrerai dans l’éternité, j’aurai le sourire aux lèvres ".

Le monde honore la mémoire de Nelson Mandela

Peu après l’annonce du décès de Madiba, les réactions politiques n'ont pas tardé à venir saluer la mémoire de l'ancien chef d'Etat. François Hollande, voyant en lui "un résistant exceptionnel" , "un combattant magnifique" qui "aura fait l’histoire, celle de l’Afrique du Sud, celle du monde tout entier", a rappelé le rôle de Nelson Mandela à l’échelle de son pays mais aussi du continent. "Nelson Mandela fut pendant toutes ces années l’incarnation de la Nation sud-africaine, le ciment de son unité et la fierté de toute l’Afrique".

Depuis la Maison Blanche, Barack Obama a tenu à saluer un homme "courageux, profondément bon". "Grâce à sa farouche dignité et à sa volonté inébranlable de sacrifier sa propre liberté pour la liberté des autres, il a transformé l’Afrique du Sud et nous a tous émus", a ajouté le président des États-Unis. Les drapeaux américains seront en berne jusqu’à lundi soir pour honorer la mémoire de l’ex-président sud-africain, chose rare pour une personnalité étrangère.

Les grandes dates de la vie de Nelson Mandela

  • 1918, 18 juillet : naissance dans le clan thembu, famille royale de l’ethnie xhosa, dans le village de Mvezo dans le Transkei (sud-est)
  • 1939 : entre à l’Université de Fort Hare, alors unique centre d’enseignement supérieur pour les Noirs en Afrique du Sud.
  • 1941 : élu représentant des étudiants, exclu de l’université pour avoir montré sa solidarité avec un boycott d’étudiants mécontents de la qualité de la nourriture. Il monte ensuite à Johannesburg pour fuir un mariage arrangé.
  • 1942 : trouve un emploi de bureau dans un cabinet d’avocats à Johannesburg, passe une licence de droit par correspondance.
  • 1943 : devient membre du Congrès national africain (ANC), sous l’aile de Walter Sisulu.
  • 1944 : rencontre et épouse l’infirmière Evelyn Mase, cousine de Sisulu, qui lui donnera deux fils et deux filles.
  • Fonde la Ligue de la jeunesse de l’ANC avec Sisulu, Oliver Tambo, Anton Lembede, Peter Mda.
  • 1949 : entre au Comité national exécutif de l’ANC.
  • 1952 : désigné chef de la « Campagne de défi » non-violente contre les lois ségrégationnistes.
  • Première arrestation après une manifestation, deux nuits en prison.
  • Jugé et condamné pour infraction à la loi sur la suppression du communisme, condamné à neuf mois de prison avec sursis.
  • Ouvre un cabinet d’avocats avec Oliver Tambo.
  • 1956 : arrêté, au même titre que 155 militants, pour haute trahison. L’instruction du procès durera trois ans.
  • 1957 : toujours en liberté provisoire, Mandela, en instance de divorce, rencontre Nomzamo Winnifred « Winnie » Madikizela, qu’il épousera en 1958. Ils auront deux filles.
  • 1960 : arrêté et détenu de mars à août, avec des centaines d’autres militants, aux termes de l’état d’urgence.
  • 1961 : acquitté avec ses co-accusés dans le procès pour haute trahison.
  • Décembre : lance l’aile armée de l’ANC, Umkhonto weSizwe (MK, "Lance de la Nation"), dont il devient le commandant en chef.
  • 1962 : tournée africaine pour trouver un soutien politique et financier pour la nouvelle organisation.
  • Août : arrêté à Howick (est) et condamné a cinq ans de prison pour incitation à la grève, et pour avoir quitté le territoire sans autorisation.
  • 1963 : pendant sa peine, les principaux dirigeants de l’ANC dont Sisulu, Govan Mbeki et Ahmed Kathrada, sont arrêtés dans leur planque de Rivonia (nord de Johannesburg). Mandela est inculpé avec eux de sabotage.
  • 1964, 12 juin : Mandela et ses co-accusés échappent à la peine de mort, mais sont condamnés à la prison à perpétuité et envoyés à l’île-bagne de Robben Island, au large du Cap. Il purgera sa peine sous le matricule de prisonnier 46664.
  • 1982 : sur fond de mobilisation internationale croissante pour sa libération, Mandela est transféré à la prison de Pollsmoor, près du Cap.
  • 1988 : Mandela est transféré à la prison-résidence Victor Verster, où un flot croissant de visiteurs de l’opposition, mais aussi du gouvernement, préparent le terrain aux négociations ANC-gouvernement.
  • 1989 : reçu par le président Pieter W. Botha pour une première prise de contact, puis en décembre par Frederik de Klerk, qui a succédé à Botha.
  • 1990, 11 février : libéré inconditionnellement par De Klerk, qui légalise l’ANC.
  • Mars : devient vice-président de l’ANC, dirigeant de fait aux côtés d’un Oliver Tambo convalescent après une congestion cérébrale.
  • 1991 : élu président de l’ANC, supervise et dirige les négociations de la transition.
  • 1993 : Prix Nobel de la Paix conjointement avec Frederik de Klerk.
  • 1994, 27 avril : premières élections démocratiques et multiraciales d’Afrique du Sud, qui voient le triomphe de l’ANC.
  • 10 mai : Mandela est investi président de la République d’Afrique du Sud.
  • 1996 : divorce d’avec Winnie Madikizela, dont il était séparé depuis 1992.
  • 1997 : cède la présidence de l’ANC à Thabo Mbeki
  • 1998 : Epouse en troisième noces Graça Machel, veuve de l’ancien président mozambicain Samora Machel.
  • 1999 : se retire de la présidence du pays, qui revient à Thabo Mbeki après la victoire de l’ANC aux deuxièmes élections démocratiques du pays.
  • 1999-2001 : assume la médiation du processus de paix au Burundi après le décès du médiateur tanzanien Julius Nyerere.
  • 2005 : annonce que son fils, Makgatho, 54 ans, est mort du sida, "une maladie normale" dont il faut parler "ouvertement".
  • 2009 : prononce son dernier message politique à un meeting électoral de l’ANC, qu’il rappelle à son engagement : la lutte contre la pauvreté.
  • 2010 : apparaît à la cérémonie de clôture du Mondial-2010 de football à Johannesburg, manifestement aux anges. C’est sa dernière apparition en public.
  • 2013 : est hospitalisé du 8 juin au 1er septembre pour une rechute d’une infection pulmonaire et probablement d’autres complications --son état est même déclaré "critique" fin juin- –, puis retourne dans sa maison de Johannesburg qui a été médicalisée.

(Source : AFP)

Alexane

Votre météo avec

Evénements de Ailleurs

Mer, 17 Janvier 2018 20h30
Zenith de Dijon - Dijon
Mar, 20 Mars 2018 20h30
Zenith de Dijon - Dijon
Ven, 27 Avril 2018 20h00
Théâtre des Feuillants - Dijon