Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

ONF Hervé Gaymard : « J’ai refusé la dislocation, mais il faut gérer au mieux »

©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Hervé Gaymard ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Le président de l’Office national des forêts (ONF) était en Franche-Comté ce mardi pour expliquer la politique forestière de cette institution «au service des communes» qui compte 550 fonctionnaires et 180 ouvriers dans la région.  

Publicité

L’ancien ministre de l’Agriculture (2002-2004) a profité d’une réunion de l’association des communes forestières de Haute-Saône pour évoquer les axes de sa stratégie aux côtés du député UMP Michel Raison et du président des communes forestières de Franche-Comté, Jacky Favret.

C’est sans langue de bois que le président de l’ONF a dit vouloir « siffler la fin de la partie » en ce qui concerne la réforme de l’office « en réorganisation depuis dix ans ». Le nouveau contrat qui lie l’ONF, les communes et l’Etat va être signé dans les semaines qui viennent, a-t-il assuré. « Le climat social est mauvais depuis des années. C’est pourquoi nous avons lancé un audit socio-organisationnel négocié avec les syndicats. C’est la bonne méthode de travail », a-t-il soutenu tout en reconnaissant que les suppressions de postes induits constituaient « un sujet sensible ».

Il a toutefois souligné que les effectifs étaient encore supérieurs à ceux des années 70 et que « si on veut accroître le budget de l’ONF (ndlr : 700 millions d’euros), il faut trouver de nouvelles ressources ». Le volume des effectifs est indexé sur le cours du bois. Du coup, Hervé Gaymard a laissé entendre que le maintien des postes  (environ 10000 en France) dépendait de l’évolution du prix de la matière première.

L’ancien ministre parle avec d’autant plus d’assurance qu’il estime avoir évité l’éclatement de l’ONF face à Bercy qui voulait, dans une note produite au début de l’année, « disloquer » l’institution créée en 1966 par Edgar Pisani. Le ministère de l’Economie aurait voulu que l’ONF ne s’occupe plus que des forêts domaniales, propriétés de l’Etat. Si ce cas de figure avait été réellement envisagé, l’ancien ministre a avoué qu’il aurait démissionné de la présidence de l’ONF. « J’ai refusé la dislocation, mais il faut maintenant gérer au mieux avec confiance et ambition », a prévenu Hervé Gaymard.

Il souhaite notamment assurer une régularité de la production de bois et mettre un terme au déficit commercial du secteur (le second derrière le gaz et le pétrole), alors que la France est troisième au niveau européen en termes de couverture forestière derrière la Suède et la Norvège. «Il faut arrêter d’exporter des grumes et d’importer des meubles ».

redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille