Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Philippe Gonon et Jean-Marie Girerd, même combat pour le 5 décembre

Guerre d'Algérie

Les conseillers municipaux de Besançon, Philippe Gonon et Jean-Marie Girerd, respectivement Modem et UMP, co-signent un communiqué par lequel ils s’insurgent contre l’adoption par le Sénat de la proposition de loi relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc et "exigent" qu’on lui préfère pour cette commémoration la date du 5 décembre. 

Publicité

Les deux élus bisontins expliquent que "cette date du 19 mars correspond à la proclamation du cessez le feu qui mit fin à la guerre d’Algérie et fait suite à la signature des accords d’Evian entre le gouvernement Français et le FLN le 18 mars 1962. Ces accords précisaient les modalités de l’indépendance de l’Algérie.

A l’appui de leur argumentation, ils rappellent les propos de François Mitterrand, alors président de la République, le 22 septembre 1981 : "s'il s'agit de décider qu'une date doit être pour célébrer le souvenir de la guerre d'Algérie, cela ne peut être le 19 mars parce qu'il y aura confusion dans la mémoire du peuple". 

Selon eux, les accords de mars 1962 n’ont jamais été respectés et sont vécus par de nombreux concitoyens comme une tragédie. 

Ils analysent : "Sur le terrain, les accords d'Évian, loin d'apporter aux populations la paix attendue, inaugurent une période de violence redoublée et de massacres de populations civiles dont les harkis (60.000 à 150.000 selon les estimations seront mis à mort dans des conditions inimaginables : ébouillantés, enterrés vivants, lapidés) et les populations "européennes" sont particulièrement victimes de la part du FLN algérien, ce même FLN qui demande aujourd’hui des excuses à la France !!!!"

Philippe Gonon et Jean-Marie Girerd pensent que célébrer le 19 mars "c’est célébrer l’abandon d’une population puisqu’un million de Français durent quitter, souvent en catastrophe, le pays où ils étaient nés comme leur parent, grand parent et parfois arrière grand parent."

Ils estiment que "cette décision, soutenue entre autres par madame la députée Barbara Romagnan et votée par monsieur le sénateur Claude Jeannerot, ne peut que diviser encore plus les Français, plus particulièrement ceux qui n’ont eu que le choix entre la valise ou le cercueil". En conséquence, ils exigent "que la date du 5 décembre soit retenue pour cette commémoration comme le prévoyait le décret du 26 septembre 2003."

miss.dom

Votre météo avec

Evénements de Besançon

Sam, 16 Décembre 2017 15h00 - 17h00
LIBRAIRIE L'INTRANQUILLE PLAZZA - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 17h00
Eglise Adventiste Besançon - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 15h00 - 18h00
TRIVIAL COMPOST - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 19h00
LES PASSAGERS DU ZINC - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 20h30
MICROPOLIS - Besançon