Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Quatre personnes mises en examen pour un vaste trafic de pièces détachées à PSA

©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir

Quatre personnes suspectées d'être impliquées dans un vaste trafic de pièces détachées, volées dans le centre logistique mondial de pièces détachées de PSA Peugeot Citroën à Vesoul, ont été mises en examen, a-t-on appris jeudi 20 novembre 2014 de source judiciaire.

Publicité

Une personne a été incarcérée et trois autres ont été placées sous contrôle judiciaire, a précisé la vice-procureure du parquet de Vesoul, Julie Bressand. Neuf personnes, dont certaines salariées de PSA et d'autres non, avaient été interpellées mardi et mercredi à Vesoul et dans sa région, mais cinq d'entre elles ont été remises en liberté, a-t-elle précisé.

Cette vague d'interpellations intervient dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet de Vesoul en juillet 2013 pour "vol en réunion". "Les investigations se poursuivent et vu l'ampleur du trafic, il est susceptible de mettre en cause de nombreuses personnes", a indiqué Mme Bressand. La direction du site et le parquet n'ont pas souhaité communiquer sur le montant du préjudice occasionné. La direction du site s'était rendue compte de différentiels d'inventaires dans ses stocks et avait déposé plainte. Les enquêteurs de la police de Vesoul et de la police judiciaire de Besançon ont réussi à remonter la trace des suspects, en partie grâce à des annonces diffusées sur internet.

A l'époque, deux premiers salariés du site de PSA Peugeot Citroën de Vesoul, âgés de 31 et 36 ans, avaient été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Ils sont suspectés d'avoir volé plusieurs centaines de turbos pendant plus d'un an, ensuite revendus 200 à 300 euros pièce sur internet.

"Depuis 2013, nous avons mis en place un pôle de sûreté sur le site de Vesoul chargé de relever les écarts de stocks ou les comportements suspects, qui sont ensuite transmis au commissariat", a expliqué la direction du site, estimant que les vols de pièces étaient "intolérables". Jeudi 13 novembre, dans le cadre d'une autre affaire, un salarié et un ex-salarié de PSA Peugeot Citroën à Vesoul ont été jugés et condamnés à deux ans de prison, dont un an ferme, pour un trafic de pièces détachées d'un préjudice estimé à 150.000 euros. Les deux anciens collègues, qui comparaissaient libres pour vol et recel de vol sur une période allant d'avril 2011 à avril 2014, ont reconnu les faits.

(Source : AFP)
Alexane

Autres faits divers

15 décembre 2017 à 20:32
14 décembre 2017 à 18:46
13 décembre 2017 à 10:57

Votre météo avec

Evénements de vesoul