Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Régionales 2015 : nos 3 questions à… Marie-Guite Dufay (Parti socialiste)

Marie-Guite Dufay ©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir

Ce vendredi 4 décembre 2015, nous posons nos 3 questions à chaque candidat (excepté du Front national et de l'Alliance écologiste indépendante qui ne nous ont pas répondu) dans une vidéo. Voici les réponses de Marie-Guite Dufay, présidente sortante et candidate PS en Bourgogne Franche-Comté.

Marie-Guite Dufay, présidente sortante PS de Franche-Comté et candidate en Bourgogne Franche-Comté from maCommune.info on Vimeo.

Publicité

Nos 3 questions en vidéo posées à chaque candidat sont :

  • Quels sont les 3 points forts de votre programme ?
  • Pourquoi voter pour vous plutôt qu'un autre candidat ?
  • D'après vous, comment conserver un équilibre entre la Bourgogne et la Franche-Comté ?

"Depuis 2010, la gauche a fait la preuve de sa capacité à bien gérer la Franche-Comté et la Bourgogne et à innover au service de ses habitants. Nous avons modernisé nos lycées et nos trains, prolongé la ligne à grande vitesse, et encouragé le développement économique et l’innovation, tout en protégeant les plus modestes, en garantissant par exemple la gratuité des manuels scolaires ou en construisant des solutions de formation sur mesure pour les demandeurs d’emploi.

La droite reviendrait sur nombre de ces acquis, comme elle l’a fait dans les communes qu’elle gère depuis 18 mois, montrant ainsi son vrai visage : projets de logements sociaux stoppés, subventions aux associations culturelles et sportives réduites, voire supprimées, discriminations à l’égard des enfants dans les écoles...

Depuis plus d'un an, avec Francois Patriat, Président de la région Bourgogne, nous travaillons à l'union de nos deux régions. Notre bilan est un socle solide, et les contributions sur le site web et nos rencontres partout dans les grands territoires avec les 150 cafés débats, nous permettent de présenter le projet et les 110 propositions pour la grande région. Mais surtout, ce projet est basé sur quatre convictions.

La première, c’est que la Grande région est une chance, et qu’elle doit être d’abord et avant tout l’affaire des citoyens. À nous de construire ensemble la grande région. 
Ma deuxième conviction, c’est que l’emploi doit être LA priorité de nos priorités. Ce n’est pas la région qui peut décréter la baisse du chômage, mais elle peut et doit créer les conditions du développement économique et donc de l’emploi. De même qu’elle peut et doit protéger les plus exposés à la précarité. Oui, l’action publique n’est pas impuissante face au chômage.

Ma troisième conviction, c’est que la lutte contre les inégalités, sociales et territoriales, et le renforcement des solidarités, doit demeurer la boussole de toutes nos politiques publiques. C’est la raison d’être d’une majorité de gauche. 
Enfin, à l’heure de la COP21, ma quatrième conviction est que la transition écologique est une nécessité et une opportunité. Il nous faut aller plus vite et plus loin, pas seulement parce que notre pays accueille le monde entier dans quelques semaines sur cette question à l’occasion de la COP 21, mais parce que c’est maintenant et ici, sur les territoires, que la transition peut se faire durablement.

Pourquoi voter aux régionales :
Le 13 novembre, la République a été touchée en plein coeur. En frappant notre jeunesse, c’est à la République et à nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité que le terrorisme s’est attaqué. Les victimes de ces attentats sont des enfants de la République. Face à l’horreur, nous partageons tous la douleur de leurs familles et de leurs proches. Notre pays tout entier est appelé à la responsabilité pour prendre les mesures qui s’imposent et mobiliser tous les moyens nécessaires avec la communauté internationale afin d’éradiquer le terrorisme et la barbarie. Au-delà de l’urgence, la seule réponse possible, c’est la République. Les derniers mots du président de la République, François Hollande, devant le congrès font résonner cet appel en chacun de nous : « le terrorisme ne détruira pas la République, car c’est la République qui détruira le terrorisme ».

C’est pourquoi, après la suspension de la campagne électorale, le débat démocratique doit plus que jamais prendre de la hauteur pour incarner les valeurs de notre République qui ne saurait faiblir face au terrorisme.
Aujourd’hui, la République nous appelle à voter. C’est en nous mobilisant pour voter massivement aux prochaines élections régionales, quel que soit notre vote, que nous donnerons tort à ceux qui veulent détruire les fondements mêmes de notre démocratie"

Alexane
©Alexane Alfaro

Votre météo avec

Evénements de BOURGOGNE FRANCHE-COMTÉ