Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Régionales: la Franche-Comté est-elle encore «gagnable» par l’UMP ?

Les deux candidats à la table ronde présidentielle de Pontarlier ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
En début de campagne, la région était présentée par la majorité présidentielle comme une proie possible, sans toutefois être facile. Après avoir rebattu les cartes, l’UMP semble avoir perdu ses illusions.

Publicité

Est-ce que la droite va reconquérir la Franche-Comté perdue au bénéficie d’une coalition PS-Verts en 2004 ? Alain Joyandet, candidat UMP, va-t-il succéder à Marie-Guite Dufay, candidate socialiste sortante ? La réponse à cette question dépend de beaucoup d’autres... Cela fait des mois que le secrétaire d’Etat met tout en œuvre dans l’espoir de déboulonner la majorité de gauche qui, en 2004, avait « bénéficié » d’une triangulaire avec un Front national pointant à près de 20% au premier tour.
 
Depuis, le Front national a perdu quelques plumes, mais il reste un sérieux danger sur le chemin de la reconquête de l’UMP. Il n’est pas exclu, une nouvelle fois, que Sophie Montel, conseillère régionale FN sortante, soit présente au second tour. La candidate annonce son parti à plus de 15% avec à la clé une triangulaire. Ce serait la fin des haricots pour Alain Joyandet, qui a reconnu lui-même récemment dans Libération, que dans ce cas de figure il n’avait plus aucune chance de l’emporter. Le score du Front national est donc une des clés essentielles de ce scrutin.
 
Joyandet fait le plein au premier tour
 
La présence de la Ligue comtoise dont la préoccupation principale, outre la lutte contre les minarets, est de faire mordre la poussière au parti de Jean-Marie Le Pen, rognera-t-elle assez sur l’électorat de l’extrême droite pour maintenir le Front national en-dessous de la barre fatidique des 10% ? Ce regroupement de plusieurs groupuscules, passé quasiment inaperçu depuis sa conférence de presse de lancement, ne semble pas en mesure de faire assez d’étincelles pour faire fondre le Front national.
 
Sur son côté gauche, le secrétaire d’Etat à la Coopération et à la Francophonie n’est pas mieux servi. Le Modem n’a cessé de proclamer tout au long de la campagne qu’en aucun cas de figure il ne fusionnera avec l’UMP. Comme Alain Joyandet a fait le plein de ses alliés dès le premier tour, la majorité présidentielle ne pourra pas compter sur grand monde pour étoffer ses listes entre les deux tours pour ratisser plus large. La certitude affichée par l’UMP de compter la Franche-Comté dans les régions « gagnables » a donc été écornée au fur et à mesure de l’avancement de la campagne.
 
Marie-Guite Dufay peut compter sur des réserves
 
Connaissant l’envie irrépressible d’Alain Joyandet de rester ministre à tout prix, on peut se poser la question de savoir si, finalement, le secrétaire d’Etat ne se satisferait pas d’une courte défaite. Etre simple conseiller régional lui permettrait de rester au gouvernement et de faire le VRP du président de par le monde. Alors que l’Elysée a répété à plusieurs reprises qu’une présidence de Région était incompatible avec un portefeuille ministériel, sans tenir compte des dénégations de l’intéressé.
 
En tout cas, le secrétaire d’Etat, malgré sa charge gouvernementale, fait campagne quatre jours par semaine. Il ne ménage pas ses efforts et a même obtenu de son « ami Nicolas » une descente de dernière minute dans le haut Doubs. L’occasion pour le président de démontrer sa «passion» soudaine pour les usines et de caresser les ouvriers dans le sens du poil. Pas sûr que l’électorat de gauche soit sensible à ces appels du pied.
 
La carte maîtresse de Marie-Guite Dufay dans son duel avec Alain Joyandet reste la perspective d’une alliance au second tour avec Europe Ecologie. Non pas que les tractations s’annoncent faciles, bien au contraire, mais c’est un vrai réservoir de voix auquel devraient s’ajouter les apports potentiels des trois listes d’extrême gauche, voire du Modem. 
 
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Orchestre Victor Hugo Franche-Comté ©The Glint
Mar, 11 Avril 2017 20h00 - 22h00
THEÂTRE LEDOUX (rue mégevand) - Besançon