Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Routes: le déneigement passe au régime moins de sel

©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
En période de vaches maigres, le coût du déneigement des routes constitue un vrai sujet pour les collectivités qui réfléchissent également à la préservation de l'environnement.

Publicité

« Salez moins, salez mieux ». C'est l'intitulé d'une formation délivrée aux agents du conseil général de la Haute-Saône qui ont pour recommandation de répandre moins de sel sur les routes en hiver dans un souci économique et écologique. Le slogan est partagé par de nombreuses collectivités. Pas plus tard que cette semaine, le conseil général du Jura a annoncé que les saleuses ne verseront plus que 10 grammes de sel par m2 contre 20, voire 30, certaines années précédentes.

Un processus continu

Des millions d'euros sont en jeu: 7,8 M€ dans le Doubs, 1,2 M€ en Haute-Saône... L'hiver 2009-2010 ayant été particulièrement rude, même s'il n'a pas battu celui de 2004-2005, la réflexion autour des économies à réaliser pour les opérations de déneigement a été accélérée. La prise de conscience des dégâts collatéraux sur l'environnement a également guidé les débats. « On ne peut pas dire qu'un seul hiver a provoqué l'adoption de mesures. Nous sommes dans un processus continu. Les mesures prises étaient sur l'établi et il n'y a pas de bouleversement », relativise Olivier Zamouth, directeur des routes et des infrastructures au conseil général du Doubs qui mobilise 264 agents et 70 engins de déneigement pour un total de 3700 km de routes dont 185 sont traitées prioritairement (réseau principal et échangeurs autoroutiers).

La solution adoptée pratiquement partout est le recours à la bouillie de sel à la fois moins chère et moins polluante. « On est arrivé à la généralisation de cette formule, mélange de saumure et de sel sec, qui rend marginale l'utilisation du sel sec pur et est plus efficace. C'est ainsi que, malgré un hiver rigoureux l'année dernière, on a déversé moins de sel », explique Olivier Zamouth. De 19200 tonnes en 2008-2009, le Doubs est passé à 18000 tonnes de sel l'année suivante.

Améliorer les outils d'évaluation

Mais, d'autres pistes sont étudiées. Cet hiver vont être testés de nouveaux instruments de mesure pour mieux évaluer la température au sol, l'humidité de l'air et le sel résiduels sur la chaussée. «Nous devons peaufiner l'appréciation de la situation. Nos patrouilleurs en voiture légères doivent avoir des outils d'évaluation performants pour mieux cibler les alertes en de problème ». Le directeur des routes au conseil général du Doubs profite également de chaque renouvellement du matériel pour apporter des améliorations successives. Les camions de salage disposent par exemple de système d'épandage de plus en plus sophistiqués permettant de faire les dosages appropriés entre saumure et sel sec.
redaction

Votre météo avec

Evénements de FRANCHE-COMTÉ

Lun, 8 Janvier 2018h
BGE Franche-Comté - Besançon
Sam, 27 Janvier 2018h
IUT BESANCON-VESOUL - Vaivre-et-Montoille