Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Sochaux, la Coupe fraîcheur

Pour la première des deux confrontations de la semaine à Montpellier, Camara et les Sochaliens ont gagné la première manche en se qualifiant pour les 8es de finale de la Coupe de France. - cliquez sur l'image pour agrandir
Football (Coupe de France)

Pourtant mené à deux reprises, ce mercredi à Montpellier, le FC Sochaux-Montbéliard a décroché, en prolongation, une qualification (2-3) méritoire et méritée pour les 8es de finale d’une Coupe de France qui a vu les Doubistes entamer, début 2013, une série de désormais quatre succès de rang.

Publicité

Des sourires, de la joie et des embrassades. On attendra encore pour écrire que Sochaux est métamorphosé, mais le mieux affiché, à tout niveau, est assez flagrant. Les Sochaliens ont eu la bonne idée de se retaper un moral tout neuf à l’aube de 2013 et ça se voit. Ça se ressent surtout. Cette équipe, moribonde fin 2012, n’aurait par exemple jamais été capable de revenir au score à deux reprises, comme elle l’a fait ce mercredi, dans un stade de la Mosson aussi médusé que désert. C’est dire.

Il faut avouer que l’ouverture du score montpelliéraine avait donné la sensation d’une petite injustice. Mieux dans le jeu, et sans doute meilleur, le FCSM était cueilli à froid par un but de Charbonnier, sur lequel Ovono, le deuxième gardien doubiste ne pouvait que plaider coupable, avec une vilaine faute de main à la clé (1-0, 16e). Ce qui ne tuait pas Sochaux le rendait plus fort. La preuve, juste avant la pause, un Contout pour le coup métamorphosé égalisait en toute logique, d’une talonnade géniale sur le centre aux petits oignons de Corchia (1-1, 43e). L’ex-Auxerrois fêtait son but en mimant, sur son corps, la chasse au mauvais sort.

L’exploit de Mikari

Alors que les Sochaliens pensaient avoir effectué une bonne partie du chemin, le retour des vestiaires les faisait déchanter. Cette fois dominateur, Montpellier reprenait l’avantage, sur corner, grâce à Deplagne (2-1, 51e), avant d’oublier d’enfoncer le clou, à l’instar des entrées fantomatiques de Herrera et Utaka. Le banc franc-comtois, lui, amenait bien plus de fraîcheur. C’est du reste de là, que venait le si beau salut du FCSM. Sans se démonter, Corchia, très batailleur, délivrait son deuxième caviar de la soirée côté droit. En deux temps, de la tête puis du pied, Bakambu, très vif entrant, trompait Jourdren et redonnait vie au petit exploit (2-2, 79e).

L’amorce de la prolongation ne changeait finalement pas grand chose. Joueur, Sochaux essayait toujours. Son audace avait une magnifique récompense. Mikari, lui aussi sur son nuage depuis le début de l’année, remontait un ballon plein axe. Pas attaqué, il décochait, à plus de 25 mètres, une frappe soudaine exceptionnelle qui finissait sa course dans la lucarne (2-3, 107e). Les «  Jaune et Bleu » pouvaient dignement fêter ce nouveau succès référence. Il apportera une parenthèse heureuse en Coupe de France, dont le tirage des 8es de finale aura lieu ce jeudi soir. Il n’évacuera toutefois pas la priorité du moment avec le retour au championnat ce samedi, et un nouveau match à… Montpellier. Celui qu’Eric Hély avait étiqueté comme étant le plus important de la double confrontation dans l’Hérault.

Montpellier - Sochaux (2-3, AP)

Spectateurs: 5.000 environ. Arbitre: M. Gautier.

BUTS : Charbonnier (16), Deplagne (51) pour Montepellier ; Contout (43), Bakambu (79), Mikari (107) pour Sochaux.

AVERTISSEMENTS : Deplagne (41), Bédimo (110) à Montpellier.

MONTPELLIER : Jourdren - Deplagne, Congré, Hilton (cap.), Bédimo - Dabo (Coulomb, 112), Cabella, Martin - Camara (Utaka, 75), Charbonnier (Herrera, 75), Mounier. Entraîneur: René Girard.

SOCHAUX : Ovono - Corchia, Daf (cap.), Kanté, Roussillon - Dias, Poujol (Carlao, 85) - Contout, Roudet (Bakambu, 74), Yartey (Mikari, 66) - Camara. Entraîneur: Eric Hély.

Max_sports