Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Sochaux, la délivrance est proche

Grand bonhomme de la soirée, Sloan Privat a porté Sochaux sur le chemin vers le maintien. © Photo fcsochaux.fr - cliquez sur l'image pour agrandir
Football (Ligue 1)

Vainqueurs (0-2) à Brest, dans un match qu’on savait crucial pour le maintien, les Sochaliens ont réalisé une opération en or. On les voit mal, cette fois, ne pas rempiler pour une saison de plus en Ligue 1. Ouf !

Publicité


A force, il va bien falloir lui décerner le prix du meilleur finisseur. Comme l’année dernière, comme lors d’autres saisons aussi, le FCSM est bel et bien en passe de sauver sa peau en Ligue 1 par la grâce d’une fin de saison réussie. A l’instar d’une victoire décisive contre Nancy il y a un an, celle décrochée, ce samedi soir à Brest, chez une équipe déjà quasi-condamné, fera date.

Dans une sorte de baroud d’honneur, les Brestois avaient pourtant mené la vie dure aux Doubistes, dans un premier acte où Sochaux n’en menait pas forcément large. La parité au repos n’était donc pas une si mauvaise affaire pour les « Jaune et Bleu » qui allaient frapper un grand coup dès le retour des vestiaires.

Privat cartonne

Sur un débordement côté gauche, Roussillon se retrouvait en position préférentielle. Son centre pour Privat était maximisé à merveille. Sochaux rugissait déjà de plaisir (0-1, 48e). Cet avantage, les hommes d’Eric Hély ne le lâchaient plus. Mieux même, juste avant la fin du match, Privat s’offrait un doublé superbe, avec une reprise de la tête sur le corner de Dias (0-2, 81e).

Le gros coup était bien sochalien, d’autant que Nancy revenait de Bordeaux avec une défaite. Une dernière victoire, samedi prochain à Bonal contre Toulouse, et le club franc-comtois sera officiellement sauvé des eaux.


Les réactions :

Corentin Martins (entraîneur de Brest) : "On est tellement abattus avec cette nouvelle défaite... Tant que mathématiquement c'est possible on y croit même s'il faudrait un miracle. Il faut continuer à garder la tête haute et avancer en comptant les blessés (aux blessures en défense de Ferradj et Martial se sont ajoutées samedi celles de Kantari, Traoré, Coulibaly et Mendy). On va se déplacer à Paris (samedi prochain) avec 18 joueurs, mais on sait que ce sera compliqué. Oui, c'est dur pour moi, les  joueurs, tout le club, mais on ne va pas pleurer sur notre sort. Il faut garder la tête haute et avancer tant qu'il y a la santé. On manque d'un brin de réussite, quand on a les +occases+ on ne les met pas, on  fait des fautes de concentration qu'on paie cash. C'est difficile. J'avais parlé de spirale négative, d'une ambiance compliquée, on l'a encore vécu ce soir (samedi). On a fait de bonnes choses en première période, avec du jeu vers l'avant, quelques occasions même si on n'en n'a pas eu 50. Il ne nous manque pas grand chose mais toujours un petit quelque chose. Puis à la reprise on a manqué de concentration, comme souvent cette saison."

Eric Hély (entraîneur de Sochaux) : "Je suis content car on fait un pas de plus vers le maintien mais il faut rester prudent: il reste deux journées et un match demain (dimanche: Evian, premier relégable avec six points de retard sur Sochaux, reçoit Nice). On n'a pas fait une bonne première période car les joueurs étaient crispés, même dans leurs gestes défensifs. A la mi-temps je leur ai demandé de se lâcher, et on a réussi à marquer avec un peu de réussite, ce qui nous a libérés. Ensuite on a été plus solides et cohérents au fur et à mesure du match. Cela nous fait du bien moralement, mais on a déjà touché de près le chaud et le froid, donc il faut savourer ce soir (samedi) mais dès demain se remettre travail car ce serait dommage de laisser passer l'occasion (de se maintenir) qui se présente à nous."

Rafaël Dias (milieu de Sochaux) : "On a fait un bon pas vers le maintien, même si dans le foot tout peut aller vite, donc il faut rester lucides et concentrés pour battre Toulouse la semaine prochaine à domicile et assurer notre maintien. On aimerait se sauver avant mais on se fait peur jusqu'au bout. Ces matches (pour le maintien) sont à la fois excitants et usants à jouer, mais on a la chance d'être en Ligue 1 donc on va tout faire pour y rester."

Max_sports