Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Sochaux replonge dans le rouge

Boudebouz avait ouvert la marque pour Sochaux, mais cela n'a pas suffi... © Photo fcsochaux.fr - cliquez sur l'image pour agrandir
Football (Ligue 1)

Faute d’avoir tenu, à deux reprises, un avantage décisif, les Sochaliens ont concédé un match nul (2-2) lourd de sens ce dimanche après-midi face à Bordeaux. Voilà le FCSM à nouveau relégable.

Publicité

Sochaux ne gagne plus à Bonal, et ça devient problématique. A croire qu’il soit nécessaire de faire revenir le PSG, les projecteurs, pour revoir des Sochaliens séduisants, mais surtout rassurants par rapport à un maintien en Ligue 1 qui, cette fois, fait de plus en plus peur. Avec la victoire de Nancy, dans une folle dynamique actuellement, les hommes d’Eric Hély rebasculent dans la zone rouge. Ce qui est un peu désarmant.

Dans une rencontre globalement dominée par l’entrejeu bordelais, les Sochaliens semblaient pourtant avoir fait le plus dur en première période. Particulièrement habiles en contre, les hommes d’Eric Hély se créaient d’ailleurs les meilleures possibilités sur coup-franc par Boudebouz (14e) puis par Bakambu dont la volée se heurtait au réflexe de Carasso (32e). Réflexe finalement bien inutile puisque sur le corner consécutif à cet arrêt, les Lionceaux obtenaient un penalty transformé par Boudebouz à la suite d’une main du jeune défenseur Maxime Poundje (1-0, 33e).

Un oubli coupable

Sans doute agacé par la domination stérile de ses joueurs, l’entraîneur bordelais Francis Gilot décidait de passer à deux attaquants dès la reprise en lançant le jeune Uruguayen Rolan en lieu et place de Faubert. Une prise de risque immédiatement payante puisque le latéral droit Mariano, déjà dangereux deux minutes plus tôt, égalisait au milieu d’une forêt de jambes (1-1, 51e). Maître du jeu, Bordeaux se faisait toutefois une nouvelle fois surprendre sur un contre initié par Nogueira et magnifiquement conclu par l’attaquant sochalien Cédric Bakambu (2-1, 64e).

Le public du stade Bonal croyait enfin voir son équipe renouer avec la victoire et donnait de la voix... avant de s’éteindre lorsque Diabaté, quand même salement oublié par la défense sochalienne, remettait les deux formations à égalité de la tête (2-2, 78e). Les dernières poussées sochaliennes restaient vaines, à l’image d’un centre de Corchia sur le poteau de Carasso (88e). A cinq journées de la fin du championnat, l’urgence est plus que jamais de mise à Sochaux, en panne de victoires actuellement. Et quand on sait que le FCSM se rend à Lille vendredi prochain…

Max_sports