Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Sochaux sauve sa peau !

C'est fait pour Sloan Privat et les Sochaliens ! Le maintien en Ligue 1 est validé. - cliquez sur l'image pour agrandir
Football (Ligue 1)

En ramenant le nul (0-0) de Bastia, les Sochaliens, qui ont frissonné pendant plus de 80 minutes pour cette dernière journée de Ligue 1, ont décroché leur bonheur. Le FCSM restera la saison prochaine parmi l’élite.

Publicité

Ce genre de scénario, Sochaux en est maintenant habitué, avec des matches couperet (Grenoble, Marseille et donc Bastia) lors de la dernière journée. A chaque fois, ils jurent qu’on ne les y reprendra plus. On se dit aussi que ces frayeurs, souvent inutiles, sont trop dangereuses pour les palpitations. Et pourtant… Pourtant, quel bonheur de voir un soulagement partagé par tous à l’issue d’un maintien encore arraché et qui résonne comme les plus belles victoires.

C’est pourtant peu de dire que les Sochaliens n’en menaient pas large sur l’Ile de Beauté, dans un stade Furiani qui voulait fêter ses joueurs, pour une année de la remontée, réussie du côté bastiais. Des doutes, des craintes même, qui se confirmaient un peu plus au fil d’une première mi-temps où les hommes d’Eric Hély étaient à la peine. Le scénario prenait carrément des allures cauchemardesques quand Troyes, dans le même temps, ouvrait la marque à Valenciennes. Comme une traînée de poudre, l’info se répandait sur le banc doubiste. Mais aussi dans les tribunes.

Avec le cœur et les tripes

L’espace d’une fraction de secondes, Sochaux était même envoyé au purgatoire quand, sur corner, Choplin reprenait de la tête pour tromper Pouplin. Monsieur Thual avait heureusement annulé le but pour un appui illicite du Bastiais sur Doubaï. Passé tout près de la correctionnelle (29e), Sochaux gérait les affaires courantes jusqu’à la pause, et manifestait de plus de cran par la suite.

Le temps semblait malgré tout toujours autant s’écouler lentement pour un FCSM surtout soucieux de protéger, et on le comprend, le but de Pouplin. Le coup parfait n’était pas passé très loin sur le coup franc de Boudebouz (53e), mais la bonne nouvelle allait finalement venir du Nord. Valenciennes égalisait devant Troyes, et prenait même l’avantage. Au courage, avec le cœur et les tripes, Sochaux ne laissait pas filer la délivrance qu’il a bien méritée.

Réaction :

Eric Hély (entraîneur de Sochaux) : " Ça été une saison très difficile. Les joueurs ont fait preuve de grosses qualités mentales car à la trêve, nous étions presque condamnés mais nous n'avons jamais lâché et avons continué à travailler sans relâche. Nous avons défendu les couleurs du club avec fierté. Je tiens vraiment à féliciter mes joueurs. Nous avions le couteau sous la gorge mais tout le monde est resté concentré. La crainte, ce soir, était de rester trop passif à cause de l'enjeu. Mais les joueurs ont su préserver l'avenir du club. A la mi-temps, nous savions que Troyes menait à Valenciennes mais pas les joueurs. Nous n'avons pas cédé à la pression et j'en suis fier."

Max_sports